Sur un fil de la toile #10-23 | Quand le service public cessera-t-il de faire de la propagande pour des pseudo-sciences et des SCAM??|

Dramatic_Scarecrow_clip_art_hightHier matin, l’émission On en Parle nous a encore gratifiés d’un énième reportage sur des pratiques pseudo-scientifiques ou pseudo-médicales (SCAM – So-Called Alternative Medicine = Soit-disant médecine alternative). Cette fois-ci, nous avons eu droit à une introduction à la dramathérapie, présentée comme une panacée pour tout mal-être. La journaliste Lydia Gabor a ainsi été interviewer Lucy Newmann, l’une des responsables de l’école de formation à l’art-thérapie éata-Créavie. A nouveau, elle lui a ouvert un boulevard sans jamais vraiment lui demander de précisions sur le type de problèmes abordés (on se contente de parler de maladies de l’âme, ce qui veut tout et ne rien dire), ni même lui opposer la moindre remise en question. Naturellement, dans une bonne logique relativiste, le sujet s’est terminé sur une position soi-disant neutre, le journaliste se cachant derrière l’appel à la la liberté des auditeurs à se faire leur propre opinion. Parce que c’est bien connu, les faits et la connaissance ne sont qu’une question de point de vue et tous les avis s se valent!

A mon sens, la promotion de cet espèce de relativisme intellectuel par le service public n’est pas acceptable. Son rôle est d’informer les citoyens de manière aussi objective que possible. Or, l’objectivité ne signifie pas accorder un temps d’antenne équivalent à la science et aux pseudo-sciences, à la médecine et aux SCAM, sans les évaluer, au prétexte de ne pas porter un jugement de valeur qui pourrait froisser la sensibilité d’une partie des citoyens. Au contraire. Elle consiste à faire le tri entre ce qui est reconnu comme des faits avérés et vérifiables par les communautés d’experts ou de scientifiques travaillant sur ces sujets, et ce qui relève de thèses ou d’hypothèses plus ou moins farfelues, avancées par des gens dont la fiabilité laisse souvent à désirer. Et oui, il existe des moyens de jauger leur crédibilité.  Il n’y a donc aucune raison de faire de la publicité spontanée et gratuite pour des pratiques au mieux inutiles et vaines, au pire dangereuses à divers degrés, et ce, même si leurs auteurs sont animés de la meilleure volonté du monde. Comme on le dit, le chemin vers l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Continue reading

Advertisement