Au 6 février 2014 | Thèse enfin finie et bien finie!!

graduate_10_transAlors, voilà, enfin, enfin, enfin….ma thèse est terminée et bien terminée! Non, je ne vais plus rien y ajouter! C’est fait, finito! Toutes les démarches administratives pour le dépôt de ma thèse aussi! J’ai reçu un certificat m’annonçant que j’avais réussi mon doctorat et qu’il ne me reste donc plus qu’à venir chercher mon joli papier officiel le 27 juin 2014 à Strasbourg, au cours d’une cérémonie de remise des diplômes!

Sinon, j’attends avec une certaine impatience qu’elle soit enfin mise à disposition sur le répertoire national des thèses déposées dans les universités françaises. Pour l’instant, tout ce qui est indiqué sur ma page, c’est ceci:

Capture d'écran de ma page sur le répertoire national Thèses.fr. au 6 février 2014.

Capture d’écran de ma page sur le répertoire national Thèses.fr. au 6 février 2014.

Mise à jour au 10 février 2014:

Grâce aux indications d’Emilien Ruiz, chercheur post-doctorant au Centre d’études européennes à SciencesPo, j’ai découvert qu’il m’était possible de publier ma thèse sur TEL (Thèse En Ligne) un autre registre nationale français, mais promouvant l’auto-archivage afin de faciliter le partage des travaux des chercheurs. Vous trouverez un résumé ainsi qu’un lien vers une version PDF de ma thèse dans son intégralité sur cette page.

Commentaires à chaud #18 | Les journalistes du Nouvel Obs à la rescousse du soldat Séralini!

chasseur_chassantBranle-bas de combat au Nouvel Obs! En effet, il apparaît que la Revue Food and Chemical Toxicology (FCT), qui avait accepté de publier l’étude de Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du Maïs OGM NK603 de Monsanto, ait décidé de la faire retirer de son catalogue.  Or, l’hebdomadaire avait été un des rares magazines français à avoir obtenu l’exclusivité de la diffusion grand public des résultats de cette recherche en septembre 2012.  Il avait alors fait sa une sur un titre catastrophiste: «Oui, les OGM sont des poisons!» Du coup, on comprend un peu mieux pourquoi il défend maintenant bec et ongles le travail de l’équipe Séralini, et ce malgré des mois de critiques très sérieuses à l’encontre de cette étude par des dizaines de scientifiques ainsi que la plupart des agences sanitaires gouvernementales européennes et américaines.

Continue reading