Votations du 18 mai 2014 #3 | Sécuritésécuritésécuritésécuritésécuritésécuritésécuritésécuritésécuritésec…

Je suppose qu’il faut être un journaliste confirmé pour pouvoir s’exprimer ainsi sans crainte des foudres de la part de tous ceux qui n’acceptent autrement de langage fleuri sous aucune circonstance! Mais, je suis contente qu’il y en ait un qui ait décidé de le faire et que je peux reblogguer facilement, parce que c’est vraiment ainsi que j’ai perçu la “non-campagne” et efforts d'”information à la population” d’Ueli Maurer!

Béquilles

211680433_zoom945 Je voterai non au Gripen parce que le chef du département de la Défense, Ueli Maurer, n’a pas été capable à ce jour de nous expliquer dans quelle organisation intelligible de l’armée s’inscrit cet achat qui, en soi, ne me fait ni chaud ni froid.

Je voterai non au Gripen parce que le lavage de cerveau auquel nous sommes soumis depuis des semaines a dépassé les limites de la décence. J’avais cru entendre, surtout de la part de l’UDC, parti de M. Maurer, que le Conseil fédéral n’avait pas à se mêler des campagnes politiques et devait laisser le citoyen se faire une idée tout seul, comme un grand. Restriction avec laquelle je suis d’ailleurs en partiel désaccord, car je pense que le gouvernement a parfaitement le droit de défendre ses dossiers. Mais là, il ne défend plus un point de vue, il matraque. C’est la mobilisation générale, le doigt sur la…

View original post 516 more words

Advertisements

Votations du 18 mai 2014 #1 | Refuser l’initiative de la Marche Blanche ne signifie pas protéger les pédophiles

Je viens de recevoir le matériel de vote pour le 18 mai 2014 et je découvre donc le texte de l’initiative populaire de la Marche Blanche intitulée “Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants. Et là, je dois dire que j’ai été assez surprise. En effet, celui-ci couvre un spectre de situations d’agressions bien plus large que ne le laissent entendre les discours de ses partisans diffusés un peu partout depuis quelques semaines. Initiants comme opposants, d’ailleurs, n’arrêtent pas de s’étriper sur la question de la potentielle disproportion d’une mesure visant à interdire définitivement à des pédophiles condamnés pour délits sexuels d’exercer une activité bénévole ou professionnelle en contact avec des enfants, tout en oubliant royalement que 1) le texte de l’initiative ne parle jamais de pédophile ou de pédophilie, et 2) qu’ en plus des “enfants”, il évoque aussi une catégorie on ne peut plus floue de victimes potentielles ou avérées: les personnes incapables de résistance ou de discernement et les personnes dépendantes. Si, comme on le verra, le texte de l’initiative se caractérise déjà par une grande imprécision dans sa formulation, la communication de son comité, elle, comprend de nombreuses ambiguïtés et confusions, notamment entre pédophile et pédocriminel, sur lesquelles jouent ceux qui soutiennent ce projet constitutionnel. Enfin, même si je ne suis pas docteur en droit (seulement en média et communication), je peux malgré tout très bien voir ce qu’il y a de problématique à proposer au peuple de se substituer au juge, comme le veut ce texte.

Continue reading

Votations du 9 février 2014 #2 | «Faites ce que je dis mais pas ce que je fais !»

FemmeAuFoyer_DépitéeOn savait l’UDC souvent hypocrite et à côté de la plaque, mais c’est toujours bon de le rappeler!

Voix d'Exils

Le 9 février prochain, le peuple suisse se prononcera sur plusieurs initiatives, dont celle de l’UDC intitulée « Contre l’immigration de masse » qui vise à introduire le plafonnement des titres de séjour pour toutes les catégories d’étrangers. Il est peut-être bon de rappeler quelques jours avant cette date cruciale, quatre scandales qui ont éclaboussé des élus UDC ces dernières années. A croire que même les élus UDC peuvent difficilement se passer… de main d’œuvre étrangère.

View original post 485 more words

Image

Au delà de la toile #1 | Un beau matin de 31 décembre 2013 à Genève….

2014 sera une année de commémorations importantes pour Genève, puisque la République célèbrera les 200 ans de sa Restauration et de son entrée dans la Confédération Helvétique. Pour lancer en beauté ces festivités, le Canton a donc organisé une cérémonie ce matin à 8h00 tapante. Mes parents ayant décidé d’y assister, même si nous ne vivons pas à Genève, nous nous sommes donc pointés dare-dare à 8h10. Nous y avons rejoint une petite foule d’un millier de courageux prêts à rester immobile dans le brouillard froid et humide de l’hiver genevois! Continue reading

Link

Commentaires à chaud #19 | Hans Fehr et sa “Putzfrau” au noir

FemmeAuFoyer_DépitéeQuand les grands champions auto-proclamés du peuple et de la morale patriotique sont pris les deux mains dans le pot de confiture, ça donne ça: du paternalisme dégoulinant pour se donner bonne conscience, sans aucun égard pour la situation dans laquelle est mis le destinataire de cette charité! Contrairement à ce que prétend M. Fehr, cette anecdote est tout à fait révélatrice de la politique de l’UDC: des problèmes mal diagnostiqués, des solutions irréalistes et sur le terrain, des accommodements personnels totalement opportunistes avec la loi. Et quand on sait que nombre de foyers suisses agissent de la même manière, tout en soutenant l’UDC, on comprend un peu mieux où se situe l’hypocrisie dans ce pays. Et certains auront beau hurler au “politiquement correct”, cela ne change rien au fait qu’une bonne partie du pays tire profit sans vergogne de la situation de fragilité et précarité de toute une population d’immigrés, tout en dénonçant régulièrement leur présence souvent illégale et en les qualifiant de “criminels”!

Béquilles

topelementOn peut répandre sa bile à longueur d’année sur les requérants d’asile qui abusent de l’aide sociale, dénoncer le travail au noir et simultanément profiter un peu des requérants et du travail au noir quand l’occasion se présente. C’est ce qu’ont fait le conseiller national UDC Hans Fehr et son épouse Ursula, UDC comme lui et présidente de la commune d’Eglisau. Ainsi que l’a relaté la NZZ am Sonntag, le couple Fehr a employé sans la déclarer ni payer un sou d’AVS une requérante d’asile serbe. Il se s’agissait pas d’un travail régulier, précisent Hans et Ursula Fehr dans leur prise de position: ils avaient développé “une relation amicale” avec la famille serbe, dont le mari travaille à plein temps. A l’occasion, sa femme venait faire un peu de ménage et, en compensation, les Fehr lui ont versé un dédommagement de “quelques centaines de francs par an”.

C’est-y…

View original post 439 more words