Au fil de mes lectures #15 | BOSOZOKU, LES BIKERS SAMOURAÏS

Une petite escapade dans le monde des “Bosozoku”, ces gangs de motards d’après-guerre, que le manga Akira avait plutôt bien su dépeindre. Par contre, je doute que l’on puisse réduire l'”âme japonaise” au mode de vie des samouraïs. Ce serait un peu comme si on voulait faire du code d’honneur des chevaliers du moyen-âge l’âme de la civilisation européenne! Sinon, on peut être sûr que celle-ci a complètement disparu depuis longtemps! Et ce n’est pas les personnages de la série Kaamelott qui me contrediront! Plus sérieusement, la contre-culture existe au Japon, mais ce n’est pas chez les nostalgiques d’un Japon féodal qu’on la trouvera forcément (et surtout pas uniquement), même si, comme le montre le cas des Bosozoku, ils peuvent promouvoir une vision du monde assez décapante.

Kaminari-zoku

PORTFOLIO

DIRECTION L’AUTRE JAPON. OUBLIEZ ILLICO LES PETITS CHATS PORTES-BONHEUR LEVANT MACHINALEMENT LA PA-PATTE ET AUTRE HELLO KITTY. ICI, ON CAUSE CONTRE-CULTURE, GANG ILLÉGAL, MOTO TUNÉE ET COCKTAIL MOLOTOV, ON CAUSE RESPECT DE RIEN SAUF DU CHEF DE CLAN, ON CAUSE DU BOSOZOKU. ALORS QUE TOUS ANNONCENT LA FIN DU MOUVEMENT REBELLE, ON REVIENT SUR CES GANGS DE BIKERS SAMOURAÏS QUI ONT TERRORISÉ DES GÉNÉRATIONS ENTIÈRES DE JAPONAIS. ET S’ILS SYMBOLISAIENT LES RELIQUES DU JAPON D’ANTAN ?

Capture d’écran 2013-09-01 à 23.23.45

View original post

Advertisement

Sur un fil de la toile #8-1 | Canons d’ailleurs – le bishônen japonais

Une jolie présentation du phénomène des “bishônen”, ces jeunes hommes qui transcendent les critères de beauté masculine et féminine et flottent entre les univers des deux sexes.

Les Dégenreuses

Dans nos sociétés occidentales, les idéaux de virilité  sont associés à la puissance physique et la robustesse. Bien trop compliquée la situation du jeune homme qui ne correspond pas à ces critères, souvent liés à la violence. Il existe cependant d’autres avatars de masculinité, aux origines moins occidentales, mais tout aussi modernes. Portrait d’un idéal masculin bien connu de l’amateur de manga et d’anime et qui fait le bonheur des Japonaises et des nippophiles à travers le globe, j’ai nommé : le bishônen.

View original post 804 more words

Aside

The Academic Thread #3 | Mangatopia: Essays on Manga and Anime in the Modern World

Mangatopia_Cover_Amazon

Mangatopia: Essays on Manga and Anime in the Modern World. Edited by Timothy Perper and Martha Cornog.

Considering the description on the Amazon.com page, I don’t have the feeling that this is a collection of revolutionary essays about anime and manga, but it might provide some insights in the latest research on such topic as:

  • representations of sex and sexuality in anime and manga;
  • the media theories on the relationships between anime, manga and cinema in general;
  • anime-manga and history, especially representations of WWII;
  • Anime and manga fans activities, especially fanfic and cosplay.

Overall, these topics have been quite common among anime-manga scholars for the last 10 years, so the merit of this new publication might reside in the potentially novel ways they are treated or in the new elements brought to them. If not, then, I guess, the previous collections of essays and articles already released are more than enough for anyone who’s just starting to study this field from an academic standpoint.

Link

Le fil académique #2-1 | 50 ans d’histoire des séries d’animation japonaises : 1963 -2013

See on Scoop.itMass Culture | Culture de masse

L’année 2013 fête le cinquantième anniversaire des séries d’animation japonaises.

Nous nous disions qu’il serait agréable d’en savoir un peu plus sur l’histoire de la création de ces terebi manga, appellation utilisée à cette époque. Yûichirô Ôguro, l’éditeur en chef du magazine japonais Anime Style, propose depuis déjà une bonne année, un résumé de l’histoire des séries d’animation année après année. En sachant qu’il va à l’essentiel, il est difficile de rédiger sans en reprendre pratiquement tout le contenu. C’est pourquoi nous avons ajoutés quelques détails supplémentaires concernant les premières séries. Après coup, et ce n’est pas étonnant, un certain nombre de blogs ont ouvert leurs portes pour l’occasion, plusieurs liens se trouvent en fin d’article.

ArianeBeldi‘s insight:

Si le Manga Network avait décidé de célébrer 60 ans de productions de manga, il y a déjà 5 ans (1948-2008), d’autres font démarrer la grande histoire de l’industrie du divertissement audiovisuel japonais en 1963 et célèbrent ses 50 ans! Le blog Manganimation.net propose ici un gros dossier historique sur l’évolution de ce secteur au Japon avec moult illustrations. Il retrace notamment la chronologie des productions les plus marquantes ainsi que des artistes et studios qui ont créé les milliers de séries diffusées entre 1963 et 2013. Le style n’est pas très académique, mais ce n’est pas plus mal!

See on www.manganimation.net

Commentaire à chaud #2 | Tout le monde n’a pas une belle bouille à afficher sur son profil!

Série-avatars-Beldi

Ceci n’est pas une série d’anonymes. Ce n’est pas du Warhol non plus, ni même une vaine tentative d’imitation! C’est juste une seule personne, bien réelle. Et elle ne se cache pas du tout.

Ce matin, une militante et éditorialiste française, avec qui j’ai eu une prise de bec sur Twitter au sujet de la supposée islamophobie de Caroline Fourest, m’a soudainement reproché de cacher ma véritable identité derrière un avatar. Cela m’a rappelé qu’il y a quelques semaines, au cours d’une discussion à batons rompus sur Facebook, un autre interlocuteur m’avait défiée en m’ordonnant de poster une photo de mon vrai visage. Du genre “Allez, montre-le si t’en as!” Ma première réaction fut de l’envoyer ballader en me moquant de lui. En quoi le fait d’afficher une photographie de ma bouille plutôt que les images de ce personnage manga que je m’étais constitué, pouvait l’aider à me connaître ou même à m’identifier? Ou même constituer un acte de courage et de transparence? Et puis, de quoi se mêlait-il? Ce n’est pas parce qu’il avait posté des photos supposées le montrer en sous-vêtements au saut du lit qu’il me permettait de le distinguer avec certitude des milliards d’autres internautes ou encore de mieux le comprendre. Si ça se trouve, c’était des photos qu’il avait piochées sur le Web et qu’il avait trouvées rigolotes au point de se les attribuer. Ce qui m’a poussée à lui répondre que, quelle que soit l’identité réelle de la personne représentée, elle devait avoir un léger problème d’exhibitionnisme narcissique. Continue reading