Dans le labyrinthe du marché du travail #2 | Comment se porte le recrutement des profils com et marketing ? Regard d’expert avec Claire Romanet, fondatrice de Elaee.com

Voici quelques éclaircissement vraiment bienvenus sur les métiers de la communication en général de la part de la fondatrice d’Elaee, une agence de recrutement spécialisée dans ce domaine, dont j’avais déjà parlé. Je dois dire que j’apprécie beaucoup la manière dont cette agence fonctionne et que je n’en connais aucune autre, pour l’instant, qui aie une vision aussi large de son domaine. Elle ne recrute pas que des candidats à des postes dans divers métiers de la communication, elle communique sur l’évolution de la “communication” d’entreprise en s’adaptant aux nouveaux dispositifs d’information et de communication!

PROFILS EN OR

Profils en or a interrogé Claire Romanet, fondatrice de elaee.com, cabinet conseil en recrutement spécialisé dans les profils en communication / marketing et digital.

Elle nous livre son analyse sur le recrutement de communicants ainsi que sur le niveau d’exigence des profils recherchés par les employeurs.

©E.Soudan Claire Romanet, fondatrice de elaee.com ©E.Soudan
Claire Romanet, fondatrice de elaee.com

Profils en or : Comment est né le projet elaee ? Qu’est-ce qui vous a motivé lors de sa création?

Claire R. : “Elaee est la réponse à la question que je me suis posée et que nous posons aux candidats que nous rencontrons : « Quel job pour les 20 ans qui viennent ? ».  Après réflexion sur ce qui m’a le plus plu durant tout mon parcours professionnel, je me suis rendue compte que c’est le recrutement de collaborateurs qui était prépondérant. D’où l’idée de créer un cabinet sur les métiers que je connais et que j’aime”.

Profils en or…

View original post 890 more words

Advertisements

Votations du 18 mai 2014 #1 | Refuser l’initiative de la Marche Blanche ne signifie pas protéger les pédophiles

Je viens de recevoir le matériel de vote pour le 18 mai 2014 et je découvre donc le texte de l’initiative populaire de la Marche Blanche intitulée “Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants. Et là, je dois dire que j’ai été assez surprise. En effet, celui-ci couvre un spectre de situations d’agressions bien plus large que ne le laissent entendre les discours de ses partisans diffusés un peu partout depuis quelques semaines. Initiants comme opposants, d’ailleurs, n’arrêtent pas de s’étriper sur la question de la potentielle disproportion d’une mesure visant à interdire définitivement à des pédophiles condamnés pour délits sexuels d’exercer une activité bénévole ou professionnelle en contact avec des enfants, tout en oubliant royalement que 1) le texte de l’initiative ne parle jamais de pédophile ou de pédophilie, et 2) qu’ en plus des “enfants”, il évoque aussi une catégorie on ne peut plus floue de victimes potentielles ou avérées: les personnes incapables de résistance ou de discernement et les personnes dépendantes. Si, comme on le verra, le texte de l’initiative se caractérise déjà par une grande imprécision dans sa formulation, la communication de son comité, elle, comprend de nombreuses ambiguïtés et confusions, notamment entre pédophile et pédocriminel, sur lesquelles jouent ceux qui soutiennent ce projet constitutionnel. Enfin, même si je ne suis pas docteur en droit (seulement en média et communication), je peux malgré tout très bien voir ce qu’il y a de problématique à proposer au peuple de se substituer au juge, comme le veut ce texte.

Continue reading

Link

Fil académique #6-2 | Non, les relations par écrans interposés ne sont pas moins réelles

Mac_BoucheHier, je suis de nouveau tombée sur une énième complainte sur l’effet dévastateurs des univers numériques et des écrans sur la socialisation des gens. Dans une Tribune au Temps du 14 janvier 2014, Miguel D. Norambuena, artiste et président de l’association Racard, une association genevoise de soutien psychosociale, nous assène ceci:

Ainsi, nous assistons, silencieusement, au développement d’une société de plus en plus asservie à une communication saturée, façonnée par les écrans2, au détriment de l’expérience concrète du contact vivifiant de l’autre, en chair et en os. Une expérience qui passe par la mise en perspective du «je te vois, je te sens, je te touche et je t’entends dans le ici et maintenant». Cette expérience anthropologique est irremplaçable, et elle ne peut se déployer que dans la durée, à l’intérieur d’un espace vital, proxémique, subjectif et physique, où chacun expérimente la rencontre de ses semblables et de l’altérité; un espace situé à l’interface de l’individuel et du collectif, un lieu unique où chacun a la possibilité de mobiliser ses affects, de se pacifier avec son histoire et de se renouveler ontologiquement. Continue reading

Link

Au fil de mes lectures #17 | Peut-on censurer au nom des faits et de la rigueur intellectuelle?

Science_Set_TransLe blog Passeur de Science, sur la plateforme du Monde, propose un billet abordant un problème lancinant pour tous les blogueurs rencontrant un minimum d’écho ou même tout profil un tant soi peu populaire sur les réseaux sociaux: la tolérance d’opinions fondées sur la mauvaise foi, la manipulation, voire le mensonge, est-elle contre-productive et mène-t-elle au triomphe des idées fausses? Dit autrement, doit-on tolérer les “trolls” et leurs pseudo-anticonformisme ou bien faut-il les censurer? Ou encore, est-il utile de passer un temps fou à rectifier leurs propos pour éviter de laisser des propagandes souvent mensongères sans réponse? Si Pierre Barthélémy inscrit sa réflexion dans le cadre stricte de publications scientifiques pour le grand public, la même question peut effectivement se poser à tout un chacun qui essaie de diffuser des analyses rigoureuses et honnêtes, basées sur des données factuelles, avérées et vérifiables.