Introduction

Suisse_ManagaLa Suisse et le Japon entretiennent plutôt de bonnes relations et notre pays jouit d’une réputation favorable dans l’imaginaire touristique nippon. A tel point que des mangas et animes se sont soit inspirés de ses récits populaires, comme par exemple Heidi (Arupusu no Shōjo Haiji – アルプスの少女ハイジ), de Isao Takahata, soit ont placé des scènes de leurs séries dans les paysages idylliques qui ont fait la réputation de l’Helvétie (ex : Atlantis de ma jeunesse, [Arcadia of my Youth / Waga Seishun no Arukadia – わが青春のアルカディア], Kishin Heidan [機神兵団]). En Suisse, le Japon a aussi la cote, tout particulièrement à Genève, ville internationale par excellence, et à Zürich, centre helvétique de la culture branchée, mais aussi dans les autres villes moins importantes.

Ces échanges au niveau local s’inscrivent en fait dans une tendance beaucoup plus large d’influences culturelles. Outre les arts martiaux et traditionnels japonais, ce sont certains aspects du mode de vie nippon qui deviennent de plus en plus populaires en Suisse. Les mangas et animes participent de ce mouvement en donnant l’opportunité d’expérimenter un exotisme japonais finalement pas si étrange à des publics souvent déjà bien travaillés par la mondialisation des biens culturels.

C’est justement dans l’optique de mieux connaître ces publics que le Manga Network s’est lancé dans une enquête sur les lecteurs de manga en France, Suisse, Italie et Allemagne entre 2006 et 2007. Il s’agit d’une part de démythifier certains clichés relayés par les médias généralistes et certains discours courants à leur propos. D’autre part, un questionnaire très détaillé nous a permis de mieux comprendre les mécanismes du succès somme toute assez fulgurant des mangas en Europe de l’Ouest. Le volet suisse de l’enquête révèle une image nuancée des fans de ce mode de divertissement, loin de celle d’otakus, c’est-à-dire handicapés sociaux, incultes, enfermés dans leur coquille et lobotomisés par une surconsommation de produits de masse. Elle montre aussi le rôle important joué par les nouvelles technologies dans la formation de communautés actives et la socialisation des fans, qui ne sont plus uniquement des consommateurs, mais deviennent souvent aussi des producteurs.

>>I.Présentation rapide de la Suisse et de son paysage médiatique

Retour à la Table des matières

On your keyboards!| A vos claviers!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s