II. Résumé du déroulement du volet suisse de l’enquête file

1. Présentation du terrain suisse

Bien que la Suisse ne puisse être considérée comme une petite Europe de l’Ouest miniature, j’ai quand même décidé de l’aborder comme un triple marché et de distinguer les répondants en provenance de chacune des régions culturo-linguistiques du pays. Mais, sans pour autant faire l’hypothèse que leurs réponses reflèteront automatiquement celles de leurs camarades dans les pays voisins.

survey_processJ’ai utilisé le même questionnaire traduit en 3 langues, tout d’abord en format Word, puis, ayant découvert les service online de SurveyMonkey.com, je l’ai publié sous forme de formulaire électronique. J’ai contacté les gens sur des forums d’associations suisses romandes (Yume, Soleil-Romand) et allemandes (Mangaforum.org). Par contre, j’ai eu énormément de mal à trouver des répondants tessinois, car il ne semble exister aucune association liée au manga, online ou offline, dans cette région du sud de la Suisse. Finalement, c’est le professeur Ursula Ganz-Blättler, ma toute nouvelle co-directrice de thèse, qui enseigne à l’Universita de la Svizzera Italiana, qui m’a proposé de faire circuler l’adresse de mon questionnaire online auprès de ses étudiants et collègues.

Grâce au système de SurveyMonkey, j’ai pu recueillir facilement les réponses envoyées par les volontaires et les télécharger dans des fichiers Excel que j’ai ensuite pu retravailler pour en tirer des pourcentage par catégories de sexe, de situation socioprofessionnelle et origine géographique.

2. Présentation du corpus

J’ai obtenu pendant une collecte de 6 mois en 2007, 76 réponses, dont 40 de Suisse allemande, 30 de Suisse romande et 6 du Tessin.

total_genderPour l’ensemble des 3 régions, les femmes sont légèrement majoritaires à 51%.

averageages1L’âge médian des répondants tourne autour de 20 ans, avec le plus jeune ayant 15 ans et le plus âgé, 31 ans. Ce qui induit un certain biais en faveur des écoliers, étudiants, apprentis et jeunes actifs qui sont surreprésentés à près de 80% par rapport aux personnes déjà bien engagées dans leur vie professionnelle. Cela veut aussi dire qu’il y a très peu de couples mariés et qu’une bonne partie de mon corpus est composé de célibataires, avec seulement quelques couples non-mariés. Mais, il est assez évident que ce nombre augmente avec l’âge des répondants.

Je les ai divisés en trois classes socioprofessionnelles :

  • A-Etudiants (université) et écoliers (15 à 24 ans)
  • B-Apprentis, jeunes actifs, jeunes en fins de scolarité obligatoire et en transition vers un apprentissage (15 à 25 ans)
  • C-Les actifs à partir de 25 ans.

total_ageclassesLes profils socioprofessionnels annoncés par les répondants couvraient une large palette de possibilités, ce qui les a rendu difficile à catégoriser. Néanmoins, de manière générale, la plupart d’entre eux bénéficient d’une situation socio-économique favorable à la consommation. En gros, on peut dire que ces personnes reflètent assez bien la bonne santé économique suisse!

percentage_education_regions_sexepercentage_training_regions_sexepercentage_unqualified_regions_sexepercentage_transition_regions_sexe

percentage_qualified_regions_sexe

3. Les difficultés particulières de cette enquête :

J’ai tout d’abord eu quelques obstacles linguistiques à surmonter, dans la mesure où je ne maîtrise pas parfaitement l’allemand (et encore moins les dialectes suisses allemands) et absolument pas l’italien, du moins à l’écrit.

Il a aussi fallu faire face à la mauvaise compréhension systématique de certaines questions, en partie dû au fait que le questionnaire a été imaginé initialement dans un contexte français qui ne se transpose pas forcément en Suisse. Par exemple, à celle concernant le « nombre de mangas » possédés, la plupart des répondants suisses ont compris le « nombre d’exemplaires » possédés, alors qu’il s’agissait du « nombre de séries ». Je ne m’en suis malheureusement rendue compte seulement à la fin de la collecte.

g10110f_d106_v1_002Ou encore, à la question sur les éventuels problèmes de réputation que peut causer la consommation des mangas à l’université ou sur le lieu de travail, plusieurs répondants ont répondu aux deux questions, qui étaient pourtant censées être mutuellement exclusives (soit vous êtes engagés dans la vie active, soit vous êtes encore étudiants à l’université). Mais pas pour eux. En effet, près de 20% des étudiants suisses travaillent entre 20 et 40 heures par semaine et 50% d’entre eux ont un job d’appoint qui les occupe au moins une dizaine d’heures par semaines. Une partie des répondants considèrent donc être déjà impliqués dans la vie active. Pour compliquer encore les choses, les jeunes en formation dans des écoles spécialisées (design, multimédia, informatique, arts,…) se considèrent comme étudiants, même s’ils ne suivent pas un cursus universitaire strictu sensu. D’autre part, des personnes ayant étudié dans le passé et à présent actives dans un métier ont aussi répondu aux deux questions.

>>III. Présentation des résultats de l’enquete

<<I.Présentation rapide de la Suisse et de son paysage médiatique

Retour à la Table des matières

On your keyboards!| A vos claviers!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s