Le fil académique #8-1 | L’exploit de cette jeune femme? Rendre la science drôle

See on Scoop.itAcademia X.0

“Rôle des protéines lin-15A et rétinoblastome dans la reprogrammation cellulaire directe in vivo chez C. elegans”. En lisant cet intitulé de thèse vous vous dites que la science est un monde barbare et inaccessible.

Commentaire d’Ariane Beldi:

J’aurais bien aimé pouvoir présenter ma thèse de cette façon, même si le sujet était certainement moins compliqué à comprendre pour des non-initiés!

See on www.huffingtonpost.fr

The Anime Encyclopedia Rides Again

So, keep an eye out for it with your bookstore!

Helen McCarthy: A Face Made for Radio

… or, as some prefer to call it, The Madness of Clements & McCarthy III

Here is is, in all its gilded glory – or rather, here it will be at the end of 2014, just in time for your Christmas gift list. The weight is now so daunting that there’s an e-book version – Stone Bridge Press, as a socially responsible company, doesn’t want to give delivery staff all over the world back strain just before the holiday.

And yes, pedants everywhere, we know that so far anime can’t be conclusively dated before 2017. We were two consistent voices arguing for conservative, securely documented dating during that brief period when the discovery of the Matsumoto fragment led some to posit a date before 1907 for the first animation made in Japan. But “a century” is a fair subtitle tag for an industry that’s been around for at least…

View original post 361 more words

Fil académique #6-3 | Ne paniquez pas! Un peu de pédagogie bienvenue sur l’évolution récente des médias et de leurs technologies

TV_AvachiJe viens de tomber sur un article de pour Slate.fr relatant la sortie récente de la traduction française d’un nouvel ouvrage sur l’histoire du journalisme et des technologies médiatiques. Intitulé The Influencing Machine: Brooke Gladstone on the Media dans sa version originale, et La machine à influencer : Une histoire des médias, en français, il a été rédigé par Brooke Gladstone, spécialiste de l’analyse des médias pour la National Public Radio (que l’on peut comparer à Radio France, bien qu’il existe aussi de sérieuses différences entre les deux institutions) dont elle anime l’émission On the Media.Il est à noter que l’ouvrage traduit dans la langue de Molière a été préfacée par Daniel Schneidermann, le créateur et animateur de la célèbre émission d’analyse des médias, @rrêt sur images, initialement diffusée sur France 5, avant qu’elle ne migre sur le Web.

Deux aspects rendent cette publication un peu particulière. D’une part, elle se démarque apparemment assez fortement des  rengaines sur l’omnipotence des médias, à la solde d’un obscur pouvoir politique qui manipulerait ainsi les masses, encore très populaires dans certains courants de pensée politiques se voulant “critiques”, mais tournant généralement plutôt au dénigrement de ce qui est simplement différent de ce à quoi leurs auteurs sont habitués. Elle s’intéresse notamment à la manière dont les modalités de réception médiatiques des divers publics contribuent à façonner le fonctionnement des industries de l’information et du divertissement, alors que trop souvent, les approches dites “critiques” ont tendance à postuler l’existence d’un public naïf et innocent qu’il faudrait sauver de l’aliénation. D’autre part, elle se présente sous la forme d’une bande dessinée satyrique, avec l’auteur, elle-même journaliste, se mettant en scène de manière sur un mode d’autodérision. Alors, évidemment, on me dira qu’il est impossible de traiter d’un tel sujet de manière approfondie en ayant recours à un tel mode d’expression, qui se caractérise essentiellement par des dialogues, généralement de longueur et de profondeur limitée, et du dessin, lequel ne pourrait pas rendre la complexité des idées de manière aussi précise et efficace que les mots. Pourtant, il suffit de lire l’extrait, publié sur Scribd par Slate qui en a reçu la permission, pour se convaincre que cette “bande dessinée” arrive parfaitement à traiter de ce sujet complexe sans le caricaturer, tout en gardant un ton léger et parfois même badin. En effet, le dessin permet d’aller directement au cœur du sujet, en montrant de manière parfois amplifiée les éléments les plus importants des arguments de l’auteur. Les multiples études scientifiques sont citées et expliquées sur un mode où l’auteur s’adresse directement au lecteur, son alter ego bdesque le regardant presque droit dans les yeux.

Sur cette base, il me semble donc que cet ouvrage est recommandable à toute personne, étudiant, enseignant, chercheur ou simple lecteur intéressé par le sujet.

Link

Fil académique #6-2 | Non, les relations par écrans interposés ne sont pas moins réelles

Mac_BoucheHier, je suis de nouveau tombée sur une énième complainte sur l’effet dévastateurs des univers numériques et des écrans sur la socialisation des gens. Dans une Tribune au Temps du 14 janvier 2014, Miguel D. Norambuena, artiste et président de l’association Racard, une association genevoise de soutien psychosociale, nous assène ceci:

Ainsi, nous assistons, silencieusement, au développement d’une société de plus en plus asservie à une communication saturée, façonnée par les écrans2, au détriment de l’expérience concrète du contact vivifiant de l’autre, en chair et en os. Une expérience qui passe par la mise en perspective du «je te vois, je te sens, je te touche et je t’entends dans le ici et maintenant». Cette expérience anthropologique est irremplaçable, et elle ne peut se déployer que dans la durée, à l’intérieur d’un espace vital, proxémique, subjectif et physique, où chacun expérimente la rencontre de ses semblables et de l’altérité; un espace situé à l’interface de l’individuel et du collectif, un lieu unique où chacun a la possibilité de mobiliser ses affects, de se pacifier avec son histoire et de se renouveler ontologiquement. Continue reading

Video

Le fil académique #7-1 | La rentrée approche….et la prof a disparu!

Back_to_School_2_transEt bien voilà qui commence bien! Je viens de recevoir un email concernant le début du MOOC “Comprendre le transmedia storytelling” proposé par le réseau France Université Numérique (FUN) et on m’y annonce que l’enseignante chargée du cours, Mélanie Bourdaa, a subitement disparu durant le tournage de la vidéo au cours de laquelle elle devait nous communiquer le sommaire du cours! Ah, ils font fort les Français! Filer à l’anglaise comme cela, d’un coup, avant même d’avoir terminé sa phrase, c’est vraiment un truc typiquement de chez nos voisins! Continue reading