Commentaire à chaud #24 | Les opposants à l’initiative UDC, des collabos?

chèvre1Dans un article rageur, mais toujours aussi courageusement anonyme, Les Observateurs s’indignent de ce que certains Suisses qui se sont opposés à l’initiative UDC “contre une immigration de masse” aient osé se revendiquer de “l’autre moitié” au nom du patriotisme. Eh oui, pour les Observateurs.ch, comme pour M. Blocher d’ailleurs, seuls ceux qui votent comme le veut l’UDC peuvent se présenter comme des patriote. Les autres ont, comme l’a dit,des Romands, dans la Basler Zeitung, le big boss en chef du parti du peuple suisse (véritable nom de l’UDC en allemand) une conscience nationale plus faible. Et, au passage, il a oublié que les Romands ne représentent que 20% de la population, que la participation à ce vote n’a été que de 56% et que sur ces votants, 39-40% ont quand même accepté l’initiative, ce qui signifie que pour atteindre 49,7% de non à celle-ci au niveau national, les Romands ont eu besoin du concours des Bâlois urbains, des Zürichois et des Zougois, aussi majoritairement contre, sans compter de grosses minorités de plus de 40% de Bernois, de Lucernois, d’électeurs de Suisse centrale (Uri, Glaris, Nidwald et Obwald,si, si!), de Soleurois, de Bâlois campagnards,de Shaffousois, d’Appenzellois extérieurs, de St-Gallois, de Grisons, d’Argoviens et de Thurgoviens! Apparemment, tous ces gens sont des patriotes tièdes, voire pire!

Mais, apparemment, pour les Observateurs.ch, M. Blocher ne va probablement pas assez loin, car, voilà qu’ils traitent de “collabobos” les auteurs du site “L’autre moitié” qui ont décidé de projeter à l’extérieur du pays une autre image de la Suisse que celle affichée par les adeptes de l’initiative UDC. Rien que ça! Alors, certes, personnellement j’ai un peu du mal à comprendre comment les gens derrière ce site espèrent pouvoir résoudre la contradiction intrinsèque d’une pareille déclaration:

Créatifs et penseurs, apportez votre soutien, créez et aidez-nous à construire la plus grande vitrine digitale positive de la Suisse contemporaine. Montrons-leur que nous, l’autre moitié, ne sommes pas cette Suisse-là, que nous sommes un pays métissé, culturel, économiquement ouvert, curieux et soudé.

Soudé? Contre les 50,3% qui ont voté en faveur de cette initiative? En effet, il va falloir être très créatif pour montrer l’image d’un pays soudé tout en le présentant comme profondément divisé en deux parties qui se regardent en chien de faïence! Je sais que certaines familles complètement déchirées arrivent parfois à donner le change en société pour présenter l’image idéale de la parfaite harmonie, mais je doute quelque peu que ce tour de passe-passe puisse fonctionner au niveau d’un pays entier, surtout si on commence par hurler sur tous les toits qu’il n’est absolument pas question de confondre les 49,7% des opposants à l’initiative avec les 50,3% d'”inconscients” qui l’ont acceptée!

Mais de là à qualifier de “collabobos”, soit de collabos bourgeois-bohèmes, les auteurs de ce site, je pense que les Observateurs confondent de nouveau politiquement incorrect avec grand n’importe quoi. Il ne serait pas inexact d’affirmer qu’il s’agit de mauvais perdants. Mais des collabos?? Vraiment? Et d’abord, de quel ennemi de la Suisse ces gens qui ressentent un profond malaise face à ce vote seraient-ils des collabos? L’UE? Les mondialistes? Le lobby sataniste islamiste LGBT? On ne le saura probablement pas,  parce que les auteurs de ce site sont surtout les champions des allusions et des insinuations vicieuses bien plus que de la nuance et de la précision, même si son fondateur invoquait tout au début “l’esprit de recherche”. Quant à l’ajout de “bobos”, il n’a rien d’étonnant, puisque pour la rédaction de ce site, tous les gens qui ne suivent pas l’UDC comme de braves petits moutons sont forcément des bobos, soit des intellos urbains déracinés post-modernes multisexués végétariens, hypocrites, assistés, ne bouffant que du bio et soutenant le loup contre ces braves éleveurs de moutons valaisans (ce qui explique aussi que ces bobos n’agissent pas comme des moutons….).

Mais, ce qui est à retenir ici, c’est que l’accusation de trahison se précise chaque fois un peu plus dans les propos des Observateurs à l’égard de tous ceux qui ne correspondent pas à la définition du “peuple” promue par certaines mouvances d’extrême-droite et néoconservatrices, auxquelles ce site se rattache (ne fût-ce que par ses multiples références à des sites de ces mouvances). Et ici, avec la qualification de “collabo” on y touche carrément.

En gros, ce n’est plus qu’une question de temps pour que ceux qui s’opposent à un patriotisme réactionnaire et étriqué soient qualifiés directement de traîtres à la patrie par ceux qui s’en font les champions auto-proclamés, participant en fait bien plus au clivage national que des sites un peu potache comme “L’autre moitié”!

Advertisements
Image

Commentaire à chaud #22 | Et si les “moutons noirs” étaient les vrais porteurs du politiquement incorrect?

Comme pour n’importe quelle plateforme électronique, on trouve de tout au quotidien sur Facebook. Là, je viens de tomber sur la caricature “moutonnière” suivante:

Moutons_blancs_idiots_vs_mouton_noir_intello

J’ignore qui en est l’auteur, mais elle offre, bien involontairement je pense, une réponse bienvenue à une autre image très connue en Suisse (mais aussi dans d’autres pays) depuis une certaine votation:

Affiche de la campagne UDC pour son initiative sur le renvoi des "étrangers criminels".

Affiche de la campagne UDC pour son initiative “pour le renvoi des étrangers criminels“, acceptée en votations le 28.11.2010.

Continue reading

Aside

Commentaire à chaud #21 | SCOOP: Le Rav Dynovisz est un grand singe comme vous, moi et Dieudonné!

Homme_des_CavernesRécemment, Hervé-Elie Bokobza, avec qui j’ai la chance d’être amie sur Facebook, a attiré notre attention sur les propos d’un certain Rav Dynovisz qui réagissait au scandale actuel généré par les attaques verbales répétées de Dieudonné contre les Juifs (pardon, les sionistes, ce qui chez lui, revient à peu près au même). Il estimait notamment que ce dernier était la preuve que Darwin avait eu raison d’affirmer que l’homme descendait du singe, ou plutôt certains d’entre eux. Les autres, surtout les partisans du rav en question, seraient nés de la volonté divine….qui n’avait du coup pas trop l’air de se soucier de ces drôles d’intrus simiesques au milieu de sa création! Apparemment, le Boss n’était pas contre un peu de bazar sur Terre! C’est peut-être pour cela qu’il n’a pas encore foudroyé ce “diable” de Dieudo!

Hervé-Elie Bokobza, qui dispose d’une connaissance approfondie de la culture juive et des textes judaïques, considère cependant que ce rav dérape “grave” en travestissant une théorie scientifique et la Torah pour promouvoir à son tour un discours de haine et d’exclusion. Je dois dire que je ne peux qu’adhérer aux arguments qu’il met en avant pour dénoncer cette dégringolade moralo-théologique, même si je suis obligée de m’en remettre en partie à son expertise pour ce qui relève spécifiquement de la perspective judaïque sur ces questions.

Cependant, je ne peux m’empêcher de réagir à un autre niveau aux assertions de M. Dynovisz, telles qu’elles ont été rapportées par le site Alyaexpress-News.com. En effet, il a une compréhension très personnelle des travaux de Darwin et de la théorie de l’évolution. Continue reading

Link

Commentaire à chaud #20 | L’Europe doit-elle vraiment rompre avec l’universalisme et le progressisme?

Moving_Too_Fast_TransVoilà une bien étrange tribune publiée chez Slate.fr par Vincent Le Biez, Secrétaire national de l’UMP, qui génère bien plus d’interrogations que de réponses, même si certaines de ces questions ouvrent déjà des débuts de pistes dans une direction spécifique.  Si je peux suivre le tout début du raisonnement, à savoir qu’il était effectivement plus facile d’être persuadé de l’inéluctabilité du progressisme et de l’universalisme quand les puissances européennes parvenaient à dominer une bonne partie du monde, je ne vois pas trop en quoi une défense subjective des valeurs européennes pourraient aider les citoyens de ces pays à éviter le repli sur soi et à faire le deuil de cette époque passée.

Tout d’abord quelles sont les valeurs européennes? Ou plus exactement, les valeurs listées par l’auteur (l’Etat de droit, le libéralisme politique, la démocratie, la séparation du religieux et du politique, l’égalité entre les hommes et les femmes, la justice sociale, le respect de la dignité humaine ou, plus récemment, l’aspiration à la paix et le respect de l’environnement) sont-elles vraiment strictement européennes? Et d’ailleurs, qu’est-ce que l’Europe? Quand on voit la difficulté qu’à l’UE à générer une identité européenne collective parmi les populations des pays membres, on peut se demander s’il existe réellement une culture ou une civilisation européenne sur laquelle construire cet ensemble politique et économique. En tous cas, je ne connais pas beaucoup de Français, d’Allemands, d’Italiens, de Suisses, etc., qui, lorsqu’ils sont sur un autre continent, répondent à la question sur leur provenance en disant qu’ils sont “européens”.   Avant d’établir un diagnostique sur “la civilisation européenne” ou la “culture européenne”, encore faudrait-il pouvoir définir ces notions. Le problème particulier avec celle de “civilisation”, c’est qu’elle a tendance à enfermer les sociétés auxquelles on veut l’appliquer dans un enclot sociétal qui apparaît rapidement comme arbitraire et superficiel dès lors que l’on cherche à en faire l’histoire d’une manière un tant soit peu scientifique. Le concept de “culture” peut constituer un piège sémantique et historique dont il est tout aussi difficile de s’extraire. Cette difficulté explique d’ailleurs peut-être la suite du raisonnement de M. Le Biez qui finit par s’enrouler sur lui-même pour nous emmener, à mon sens, dans la direction opposée à celle dans laquelle il dit vouloir aller. Mais, le texte en lui-même est tellement vague que je ne peux généralement que m’interroger sans pouvoir vraiment répondre à ces questions, dans la mesure où c’est la première fois que j’entends parler de ce politicien et que je ne le connais donc pas du tout.  Son discours est tellement ambigu que chacun est libre de comprendre ce qu’il a bien envie de comprendre. Continue reading

Link

Commentaires à chaud #19 | Hans Fehr et sa “Putzfrau” au noir

FemmeAuFoyer_DépitéeQuand les grands champions auto-proclamés du peuple et de la morale patriotique sont pris les deux mains dans le pot de confiture, ça donne ça: du paternalisme dégoulinant pour se donner bonne conscience, sans aucun égard pour la situation dans laquelle est mis le destinataire de cette charité! Contrairement à ce que prétend M. Fehr, cette anecdote est tout à fait révélatrice de la politique de l’UDC: des problèmes mal diagnostiqués, des solutions irréalistes et sur le terrain, des accommodements personnels totalement opportunistes avec la loi. Et quand on sait que nombre de foyers suisses agissent de la même manière, tout en soutenant l’UDC, on comprend un peu mieux où se situe l’hypocrisie dans ce pays. Et certains auront beau hurler au “politiquement correct”, cela ne change rien au fait qu’une bonne partie du pays tire profit sans vergogne de la situation de fragilité et précarité de toute une population d’immigrés, tout en dénonçant régulièrement leur présence souvent illégale et en les qualifiant de “criminels”!

Béquilles

topelementOn peut répandre sa bile à longueur d’année sur les requérants d’asile qui abusent de l’aide sociale, dénoncer le travail au noir et simultanément profiter un peu des requérants et du travail au noir quand l’occasion se présente. C’est ce qu’ont fait le conseiller national UDC Hans Fehr et son épouse Ursula, UDC comme lui et présidente de la commune d’Eglisau. Ainsi que l’a relaté la NZZ am Sonntag, le couple Fehr a employé sans la déclarer ni payer un sou d’AVS une requérante d’asile serbe. Il se s’agissait pas d’un travail régulier, précisent Hans et Ursula Fehr dans leur prise de position: ils avaient développé “une relation amicale” avec la famille serbe, dont le mari travaille à plein temps. A l’occasion, sa femme venait faire un peu de ménage et, en compensation, les Fehr lui ont versé un dédommagement de “quelques centaines de francs par an”.

C’est-y…

View original post 439 more words