Au fil de mes lectures #23 | La dictature de la volonté populaire

Commence tout juste? A mon avis, cela fait un moment que cette logique de “dictature de la volonté populaire” se répand progressivement, occupant toujours plus de terrain dans l’espace public et les imaginaires citoyens, notamment grâce à un discours sur la sacralité de la “vox populi”, martelé systématiquement depuis maintenant plus de 20 ans par les nouveaux populistes à la sauce UDC! Celui-ci n’est pas colporté uniquement par les ténors de ce parti, mais aussi par une nébuleuse d'”intellectuels”, souvent amis, champions auto-proclamés du “politiquement incorrect”, qui soutiennent cette “fiction du peuple” (comme le décrit justement le sociologue français Raphaël Logier dans son dernier ouvrage) à l’aide de l’aura d’autorité que leur confèrent leurs titres, et participent activement à sa diffusion aussi bien dans les médias “établis” que sur le Web. Parce que contrairement à ce qu’ils aiment à prétendre, ils ne sont de loin pas censurés. En effet, ils sont même parmi les intellectuels suisses les plus médiatisés, quand ils ne font pas  carrément partie du Who’s Who national! Et même s’ils ne sont pas légions, cette configuration socio-médiatique rend leur pouvoir de nuisance inversement proportionnel à leur nombre absolu.

Béquilles

Oulààà, voilà que je ne me souviens plus de ce que j’avais voté sur l’initiative Minder – celle qui bride le salaires et bonus excessifs des patrons en donnant plus de pouvoir aux actionnaires. Pourtant, j’avais bien suivi la campagne, interviewé Thomas Minder et son principal adversaire Dominique Biedermann. En secouant mes neurones, je crois que j’avais glissé un “non” dans l’urne, parce que l’outil me paraissait mal adapté à l’usage, en soi louable, qu’on prétendait en faire.

Pourquoi m’attarder sur ce cas personnel d’Alzheimer politique? Parce qu’il me paraît symptomatique du malaise que vivent les démocraties d’aujourd’hui, y compris la démocratie directe à la Suisse.

Le sentiment dominant est celui de l’impuissance. A quoi bon voter, se demande le citoyen moyennement motivé? “Ils” n’en font de toutes façons qu’à leur tête, et même quand “ils” ont encore quelques restes de bonne volonté, la complexité du monde globalisé les émascule. Le divorce entre la population…

View original post 1,345 more words

Advertisements

Au fil de mes lectures #22 | Islamisme et secte: même combat

Voilà un article sur Slate.fr dont le contenu serait probablement écarté d’un revers méprisant de la main par nombre de contempteurs de l’islam se proclamant “politiquement incorrect”! En effet, il ose poser la question, probablement complètement incongrue à leurs yeux: Les ados djihadistes français sont-ils des criminels ou des victimes? Sa conclusion devrait ainsi leur sembler particulièrement ébouriffante:

A partir de ce diagnostic, la justice devra faire la distinction entre une personne  victime du système et un indvidu responsable de sa radicalisation. Une disctinction qui ne s’applique par aux adolescents: «si c’est un mineur, il est juridiquement défini comme vulnérable donc il n’est pas condamné», martèle Catherine Picard. Dans tous les autres cas, même s’ils sont reconnus comme étant sous emprise mentale, ils devront purgé leur peine. «Ces jeunes endoctrinés ne sont pas partis acheter une baguette de pain. Le rapport à la loi fait aussi partie des techniques pour travailler le retour au principe de réalité», explique Dounia Bouzar.

Pour encadrer et appréhender leur retour, les spécialistes proposent diverses solutions: notamment la mise en place de groupes de réflexion animés par des imams et des psychologues pour qu’ils repprennent pied dans le monde réél et éviter qu’il fasse l’amalgame entre l’islam et le djihadisme. Pour l’anthropologue, «il s’agit non pas de les assigner à un rôle de terroriste mais tout de même de les responsabiliser, c’est à dire de leur faire prendre conscience des conséquences que leur action aurait pu provoquer dans la vraie vie». L’islamophobie rampante rend cette mission difficile. «En France, l’ennemi fédérateur est le musulman, force maligne, impotente, imposante, contre laquelle il faut se défendre», constate Raphaël Liogier, sociologue à Sciences Po et auteur du livre «Ce populisme qui vient».

Dans ce contexte, l’opinion publique aurait dû mal à accepter que le djihadisme puisse être une secte et que les jeunes qui partent combattre puissent être des victimes. «Par définition, les personnes qui sont happées par des sectes sont considérées comme faibles psychologiquement. En France, on a besoin de considérer les djihadistes comme responsables de leurs actes car ils sont l’expression du Malin. En les considérant comme forts et non pas comme faibles, ils ne peuvent pas avoir pour nous le statut de victimes.»

Une analyse qui pourrait expliquer l’absence de soutien des institutions aux parents. «Lorsqu’ils demandaient de l’aide, on leur a longtemps répondu qu’ils devaient accepter que leur enfant se soit converti, ou “soit devenu plus musulman” qu’eux-mêmes», rapporte Dounia Bouzar. Pour pallier ce manque, l’anthropologue a mise en place des centres de prévention contre les dérives sectaires liés à l’islam en attendant que le gouvernement s’empare de cette problématique.

Or, des sites néoconservateurs comme Riposte Laïque, Résistance républicaine, France de Souche, Dreuz.info, l’Observatoire de l’islamisation, les Observateurs.ch, Boulevard de l’Islamisme etc., passent une bonne partie de leur temps à diffuser cette idée que les jeunes embrigadés dans des mouvances islamistes y adhéreraient forcément en toute connaissance de cause et totalement librement. En d’autres termes, ils seraient parfaitement conscients non seulement de l’illégalité de leurs actes, mais aussi de leur immoralité. A force de répéter ce mantra, cette nébuleuse néoconservatrice a fini par trouver un écho auprès d’un grand public toujours plus à la recherche du “coupable” à punir le plus sévèrement possible, afin d’éviter que tel ou tel événement tragique ne se reproduise jamais, jamais, jamais!

On se retrouve alors dans cette situation paradoxale où la prévention devient particulièrement difficile, parce que les institutions ne reçoivent plus les moyens nécessaires pour venir en aide aux personnes confrontées directement à ce genre de piège ou à leur entourage. En effet, combien de fois n’a-t-on pas lu que tout était de la faute non seulement de la culture (i.e., de l’islam), mais aussi des parents démissionnaires de ces jeunes immigrés? La diabolisation à outrance fait qu’aujourd’hui, l’opinion publique, du moins sa portion la plus bruyante, refuse net toute autre mesure qu’une répression absolue, faisant même fi de l’obligation de respecter les Droits de l’Homme. En effet, dans la tête de ces citoyens, un djihadiste, même jeune, même adolescent, a renoncé à son statut d’être humain à partir du moment où il a commis ses crimes ou simplement a projeté d’en commettre.

Et à mon sens, c’est là que réside le plus grand danger pour notre civilisation, qui, n’en déplaise à ces champions auto-proclamés, ne se base pas sur une vision étriquée et réactionnaire du (judéo-)christianisme, conçu comme une espèce de bastion “anti-maures” et anti-modernité, mais sur le principe d’une humanité commune, avec ses forces et ses faiblesses, et donc de ses droits fondamentaux, tels qu’édictés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Il n’y a pas meilleure manière de saper les fondements de notre civilisation que de vouloir faire des exceptions à tout-va!

GM-pollen in Honey: a constituent or an ingredient?

epsoblog

Post by John Davison, Research Director (retired), INRA Versailles, France.
WinnieIn 2011, the European Court of Justice (ECJ) made a judgement regarding the case Bablok and Others v. Freistaat Bayern(1). Honey produced on Bablok’s farm was supposedly found to contain pollen from genetically modified MON810 maize(2, 3). It should be noted that no accredited scientific evidence regarding quantification  of MON810 pollen in Bablok’s honey was ever published.

Based upon these ‘facts’, and with reference to Regulation (EC) No 1830/2003, the ECJ concluded Bablok’s honey contained ingredients produced from GMOs within the meaning of the regulation. The situation was further complicated by the fact that MON810 maize was authorized for cultivation and consumption but, at that time,  MON810 pollen was not authorized as food (this has now been rectified). The threshold for unauthorized GM-pollen is 0%.

The ECJ decision was taken without…

View original post 809 more words

Reading along #20 | I was considering Grad School…and then I saw this. HILARIOUS!

I think anyone should read this before considering going to grad school and more particularly, into a PhD program. Then again, there are many good reasons to do both! You just have to weight them against the circumstances you’re dealing with!

JOANNA RENTERIA

A new gift idea for your loved ones: Graduate School Barbie (TM).

Graduate School Barbie comes in two forms: Delusional Master’s Barbie (TM) and Ph.D. Masochist Barbie (TM).

Every Graduate School Barbie comes with these fun-filled features guaranteed to delight and entertain for hours: Grad School Barbie comes out of the box with a big grin on her face that turns into a frown after 2 weeks or her first advisor meeting (whichever comes first). She also has adorable black circles under her delightfully bloodshot eyes.

Comes with two outfits: a grubby pair of blue jeans and 5-year-old gap T-shirt, and a floppy pair of gray sweatpants with a matching “I hate my life” T-shirt. Grad School Barbie talks! Just press the button on her left hand and hear her say such upbeat grad school phrases like, “Yes, Professor, It’ll be done by tomorrow”, “I’d love to rewrite” and “Why…

View original post 487 more words

Reading along #19 | 21 Embarrassing Examples Of Why French People Are Way Trashier Than Americans

Aïe, aïe, aïe! De toutes évidences, certains Français ne supportent pas de voir leur pays gentiment moquer par une Américaine et la réponse n’a pas tardé sous la forme d’un magnifique “Va te fare…”! Apparemment, certains ont décidé de confirmer le constat de l’auteur de cet article!

(;^_^)ッ☆( ゜o゜)

Thought Catalog

Though I have recently returned to the States after a three-year stint in the land of cheese and wine, I’m afraid my heart will always remain in that charming Hexagon of cultural refinement. I have taken the best things back with me, of course: a French man, an entire novel’s worth of incredible recipes, and the reassuring knowledge that, no matter how trashy my home country might be, France will always take the cake when it comes to letting it all hang out from time to time. Here, a few of my favorite examples of why we need to stop thinking of French people as sophisticated cosmopolitans, and start thinking of them as our adorable, slightly inbred cousins.

1. Their Presidents have no problem showing how they really feel about the dirty plebes they were elected to serve.

A few years back, then-President Nicolas Sarkozy was mingling with the paupers…

View original post 2,088 more words