Aside

On my screen #5 | Humor jihad for peace after marriage

SmilingBlackCatA while ago, I stated on one of my Facebook status that I believed humor, not philosophy or politic, would save the world. Apparently, comedian and  movie director Ghazi Albuliwi, originally from Jordan but raised in Brooklyn, thinks the same. As Haaretz reports in an article about an interview with him,

Albuliwi has a healthy fondness for provocation and a deep belief that humor can topple walls and illuminate the human and absurd facets of traumatic events such as the second intifada, 9/11 or, in an entirely different realm, the New York dating scene.

Reading this interview, I have a very good feeling about his last movie, Peace after mariage, and thus I really hope it will be screened in Europe as well.  Here are a few quotes from the Interview that should make you feel like going to see this movie if it is showed near you.

Like Arafat, the character in his film, Albuliwi dated quite a few Israeli women. “Write that I am looking for an Israeli bride,” he instructs me, adding, “Do you think there will be single women at the festival? That’s the only reason I’m going to Jerusalem.”

A notable one [scene] shows Arafat, who is trying to earn money as an actor, going to an audition in which he is asked to portray a mentally unstable Palestinian who is about to perpetrate a suicide attack. Wearing an improvised explosive belt, Arafat tells the American casting people, “I don’t know if this character is credible. There’s nothing anywhere in the Koran about 72 virgins. And who would want to blow himself up for 72 virgins anyway? Give me one whore who can get the job done and I’d be happy.”

Later, after he and Michaela sleep together for the first time, he tells his best friend proudly: “This is the first time a Palestinian ever exploded next to an Israeli without causing loss of life. I deserve the Nobel Peace Prize.”

“After the 9/11 disaster, no American girl would go out with me. It was the pits. The attitude toward Muslims changed overnight. The whole dating scene was off-limits. Bin Laden forced a period of abstinence on me, and I will never forgive him for it.”

“As an example of how he blurs fiction and reality, there is a scene that Albuliwi has created in “Peace After Marriage” that is based on a traumatic incident from his past. A flashback that is meant to make it clear to the audience why Arafat’s parents are so desperate to marry him off shows the family in an Arab village in the West Bank − about to marry him to a Muslim girl. But he changes his mind and refuses to sign the marriage contract. The bride’s family pursues him and threatens to kill him. In an attempt to save his life, Arafat runs toward an Israeli army checkpoint, holds up his hands and shouts, in English, “Don’t shoot!” The soldiers aim their weapons at him, but in the end save him.”

“Every time I arrive at Ben-Gurion airport I undergo a security check of four hours at least,” he says. “I usually try to make them laugh and start up with the female checkers, and at some point they realize that I am actually enjoying it − and then they let me go.”

[…]
Journalist: Do you think they will believe you when you tell them that you are the director of the opening film of the Jewish Film Festival?

“That’s hard to imagine,” he laughs. “They’ll probably think, ‘Wow, these Hamas guys are really sophisticated. We’ve never heard that story before.’ My dream is to be so famous that even the security people at Ben-Gurion airport will recognize me.”

Well, our dream would be that it is possible for anyone, not just the VIP,  to travel through Ben-Gurion without being singled out for special security check, and that will happen only when the conflict between Israelis and Palestinians has found a fair resolution. But great humor like that of Ghazi Albuliwi will certainly help this process, if only a little bit. But the sea is made of tiny drops!

It is possible to follow the news about the movie’s whereabouts on Twitter and Facebook! Don’t hesitate to “like” these pages!

Advertisements
Video

Sur mes écrans #4 | Ah? Il faut appuyer sur les boutons!

lunette_ordinateurJe viens de finir de regarder (enfin, pour être plus précis, d’écouter en faisant autre-chose en même temps) l’émission de cette semaine d’Arrêt sur Images, intitulée Un Youtubeur, c’est Monsieur Tout-le-monde en train de jouer, et je ne peux que vous la recommander, non seulement parce que le sujet est très intéressant, mais aussi et surtout, pour le plaisir de voir Daniel Schneidermann faire ses premiers pas dans le monde merveilleux des jeux vidéo! Je l’avoue, ça me rappelle les miens (pas que j’aie vraiment dépassé ce stade….j’ai encore des nausées pratiquement à chaque essai avec une console…rien que le nombre de boutons peut-être déroutant)!

Sur mes écrans #3 | Les Studios Ghibli: entre force audiovisuelle et faiblesses scénaristiques

ghibliManga Sanctuary nous annonce que le tout dernier-né des Studios Ghibli et du cinéaste Hayao Miyazaki, Le vent se lève, va bientôt arriver sur les écrans japonais. Et comme ces productions sont aujourd’hui considérées comme des valeurs sûres par les distributeurs internationaux, on peut donc s’attendre à ce qu’il finisse par arriver en Europe d’ici à quelques mois, peut-être au début 2014.

De toute évidence, cette annonce sera accueillie comme un événement cinématographique par nombre de personnes, aussi bien dans le grand public que parmi les journalistes et les critiques. Pourtant, je n’arrive plus à partager cet enthousiasme pour les films des Studios Ghibli, dont la qualité baisse régulièrement ces dernières années. Pas la qualité visuelle. Mais bien scénaristique et narrative. En effet, les techniques d’animation sont parfaitement maîtrisées et mises au service d’une réelle sensibilité artistique, mais il semblerait que de moins en moins de temps soit consacré au travail sur le récit. De fait, depuis Le château ambulant, en 2004, tous leurs films, y compris Ponyo sur la falaise (2008),  souffrent de défauts scénaristiques plus ou moins importants, rendant parfois même l’histoire incompréhensible, comme c’est le cas des Légendes de Terremer (2006).  Pour moi, le meilleur film jamais réalisé par Hayao Miyazaki et les Studios Ghibli reste encore Le Voyage de Chihiro (2001). Là, on atteint la quasi-perfection, aussi bien visuelle que narrative! Continue reading

Sur mes écrans #2 | « Nos seins, nos armes ! »

Television_-_Cartoon_4D’après ce que j’ai entendu des personnes ayant eu la chance d’assister à cette avant-première, c’est un très bon film documentaire, non seulement du point de vue de la forme, mais aussi du contenu. Il devrait notamment permettre de mieux comprendre qui sont les FEMEN et quelle forme de féminisme elles tentent de promouvoir. Cela ne signifie pas forcément une adhésion à ce mouvement, mais un tel film devrait permettre de réfléchir de manière plus posée au défi que représentent ces jeunes féministes pour le grand public ainsi que les générations précédentes de militantes et d’intellectuelles féministes. Donc, Rendez-vous devant votre télévision le 5 mars 2013, à 22h45 sur France 2!

De temps en temps, la télévision nous offre des perles rares. Hier soir, grâce à France Télévisions, nous avons eu le plaisir d’en découvrir une. Il s’agit d’un film documentaire sur les Femen. Mais à travers elles et ce groupe de féministes d’un nouveau genre, c’était aussi une revue des combats des femmes, comme le précisait l’une des réalisatrice Caroline Fourest. Réalisé conjointement avec Nadia El Fani, ce film décrit l’origine de ce groupe créé en Ukraine par quelques copines réalisant les discriminations dont elles étaient victimes dans ce pays extrêmement catholique. Faire tomber une croix a été vu comme inadmissible et la fondatrice ou porte parole a du quitter son pays et venir en France.

De combats en combats, les Femen s’organisent et utilisent leur corps comme arme. Le haut du corps car elles ne dévoilent que la poitrine. Leur combat est d’ailleurs aujourd’hui revendiqué par de multiples femmes…

View original post 313 more words

Video

Sur mes écrans #1 | BA du 3ème épisode des “Réseaux de l’extrême”

Television_-_Cartoon_4_transVoici une vidéo du 3ème épisode de la série de documentaire de Caroline Fourest, “Les réseaux de l’extrême, intitulé: “Les enragés de l’identité“. Il a été diffusé le mardi 19 février 2013 à 20:35, sur France 5.