Suivez le fil!

Ordinateur_autofonctionnelEt bien voilà! C’est fait! Je me suis décidée à acheter mon propre nom de domaine et d’héberger mon blog en Suisse, plus spécifiquement, chez Infomaniak. Je vais donc arrêter de mettre à jour celui-ci et continuerai mon activité de blogueuse amateur à ma nouvelle adresse: www.ariane-beldi.ch. Vous constaterez que j’ai repris le titre de ce blog ainsi qu’un certain nombre de billets déjà publiés ici et les ai recopiés là-bas. Il s’agit de mes billets préférés que j’avais envie d’utiliser comme base pour démarrer ce blog. Il ne s’agit donc pas d’un nouveau site, mais plutôt d’une continuation de mes activités, mais focalisées sur quelques thèmes de prédilection, dont le débat public dans les environnements numériques. C’est aussi une opportunité pour moi d’expérimenter l’interface et le gestionnaire de contenu de WordPress.org, qui s’avère être plus ouvert que celui de WordPress.com.

Je remercie les visiteurs réguliers sur ce blog et vous attends avec plaisir à ma nouvelle adresse!

Advertisements

Dans le labyrinthe du marché du travail #2 | Comment se porte le recrutement des profils com et marketing ? Regard d’expert avec Claire Romanet, fondatrice de Elaee.com

Voici quelques éclaircissement vraiment bienvenus sur les métiers de la communication en général de la part de la fondatrice d’Elaee, une agence de recrutement spécialisée dans ce domaine, dont j’avais déjà parlé. Je dois dire que j’apprécie beaucoup la manière dont cette agence fonctionne et que je n’en connais aucune autre, pour l’instant, qui aie une vision aussi large de son domaine. Elle ne recrute pas que des candidats à des postes dans divers métiers de la communication, elle communique sur l’évolution de la “communication” d’entreprise en s’adaptant aux nouveaux dispositifs d’information et de communication!

PROFILS EN OR

Profils en or a interrogé Claire Romanet, fondatrice de elaee.com, cabinet conseil en recrutement spécialisé dans les profils en communication / marketing et digital.

Elle nous livre son analyse sur le recrutement de communicants ainsi que sur le niveau d’exigence des profils recherchés par les employeurs.

©E.Soudan Claire Romanet, fondatrice de elaee.com ©E.Soudan
Claire Romanet, fondatrice de elaee.com

Profils en or : Comment est né le projet elaee ? Qu’est-ce qui vous a motivé lors de sa création?

Claire R. : “Elaee est la réponse à la question que je me suis posée et que nous posons aux candidats que nous rencontrons : « Quel job pour les 20 ans qui viennent ? ».  Après réflexion sur ce qui m’a le plus plu durant tout mon parcours professionnel, je me suis rendue compte que c’est le recrutement de collaborateurs qui était prépondérant. D’où l’idée de créer un cabinet sur les métiers que je connais et que j’aime”.

Profils en or…

View original post 890 more words

Le fil académique #8-1 | L’exploit de cette jeune femme? Rendre la science drôle

See on Scoop.itAcademia X.0

“Rôle des protéines lin-15A et rétinoblastome dans la reprogrammation cellulaire directe in vivo chez C. elegans”. En lisant cet intitulé de thèse vous vous dites que la science est un monde barbare et inaccessible.

Commentaire d’Ariane Beldi:

J’aurais bien aimé pouvoir présenter ma thèse de cette façon, même si le sujet était certainement moins compliqué à comprendre pour des non-initiés!

See on www.huffingtonpost.fr

Sur un fil de la toile #6-7d | Petite exercice de débat en…quelques lignes!

Bagarre_MangaComme en témoigne mes derniers 3 billets (ici, ici et ici), cela fait maintenant quelques jours que je suis engagée dans une espèce de débat, ou plutôt de polémique, avec lesobservateurs.ch, au sujet de leurs méthodes souvent fortement discutables d’un point de vue déontologique et factuel. Une foire d’empoigne verbale serait d’ailleurs plus appropriée comme expression. Mais, je relève que j’ai quand même réussi à les faire réagir, alors qu’il semblerait que la plupart de leurs lecteurs un peu critiques qui ont tenté d’obtenir des réponses de leur part se sont simplement heurtés à un mur de silence. En effet, il est connu que les responsables de ce blog collectif d’opinion (média d’opinion, paraît-il….mais, je pense que simple blog est plus exact…correct, quoi!) n’acceptent que très rarement de publier des commentaires qui ne sont pas des louanges ou du moins, des propos allant dans leur sens. Il faut donc les piquer au vif et les provoquer pour obtenir une réaction, laquelle pour se faire connaître, doit forcément passer par la publication du commentaire en question. C’est apparemment la seule manière d’engager une discussion contradictoire avec ces gens, enfin, disons plutôt le pugilat, parce qu’on peut difficilement considérer ces échanges comme un dialogue.

Dès le début, mes interlocuteurs ont ainsi essayé de me mettre K.O., en s’en prenant directement à ma personne, laissant entendre que je serais une faible d’esprit frustrée et retenue idéologiquement prisonnière par mon entourage. Malheureusement pour eux, j’ai une sérieuse habitude de la polémique et du débat. Du coup, je ne lâche pas prise si facilement. Les gens qui me connaissent savent que j’adore les discussions contradictoires. Et il y a une bonne raison à cela: J’apprécie de tester mes arguments, positions et hypothèses avec des gens qui ne sont pas d’accord avec mes idées ou ma vision du monde. Sans que cela ne dégénère forcément en gueguerre, mais quand ça arrive, ça ne me pose aucun problème! Même dans ce genre de circonstances, j’arrive à apprendre tout un tas de choses! Et contrairement à certains (suivez mon regard “observateur”….Ok, oui, je sais, c’est nul comme blague!), je suis prête à reconnaître mes erreurs le cas échéants. Cependant, lesobservateurs.ch n’ont aucune obligation de discuter avec moi ou même de me lire et ils me l’ont fait savoir toute à l’heure par ce twit rageur:

Continue reading

Sur un fil de la toile #6-7c | Il y a décidément vraiment très, très loin du politiquement incorrect au véritable anticonformisme

icon_5 (4)Hier matin, les Observateurs se sont finalement décidés à répondre à mon billet de blog, mais sur Twitter. Malheureusement, leur réponse est loin d’être à la hauteur. En effet, ça commence même très mal:

Vraiment rien? Pas exactement. En les titillant un peu et en leur mettant vraiment sous le nez les cas qui m’ont paru les plus problématiques, ils se sont finalement décidés à me répondre sur deux d’entre eux, mais avec des pirouettes, qui font clairement comprendre qu’ils n’ont aucune intention de reconnaître la moindre erreur, même quand elle danse nue sous leur yeux.

Continue reading