Au fil de mes lectures #15 | La culture geek sous la loupe académique d’un aca-geek

CultureGeek_MarquePage_arrondiJe viens à peine de commencer à le lire et j’en suis déjà à la page 50, soit un peu plus du quart de l’ouvrage! Autant dire que Culture Geek se boit comme du petit lait! On croirait à peine que ce texte a été tiré d’une thèse, tellement il est clair et agréable à lire! Or, il est difficile d’aborder de manière scientifique un thème comme la culture geek sans risquer de sombrer assez vite dans un vocabulaire jargonneux visant à rendre compte de la complexité du sujet. David Peyron y arrive pourtant très bien!

[← oui, j’ai aussi un petit côté «geek/otaku» et je collectionne des marques-pages «kawai» à utiliser pour mes lectures…ainsi que de drôles de petites mascottes  que l’on m’a offertes!]

Continue reading

Link

Le fil académique #7 | Définition de la notion de transmédia

PetiteFilleChat_MangaAlors que je cherchais une brève définition du concept de transmédia à mettre en lien sur la page de présentation de mon chapitre de thèse sur l’histoire de l’industrie japonaise du divertissement audiovisuel, je suis tombée sur ce site qui en fournit une à la fois claire, nette, mais aussi suffisamment large pour inclure divers phénomènes sans pour autant se perdre, ce qui n’est pas une mince affaire. Il y a bien sûr toujours celle de Wikipédia, mais parfois, il est agréable d’avoir des sources qui vous offrent un propos concis (ce que j’ai d’ailleurs beaucoup de mal à être dans les miens)!

En effet, je suis tombée sur d’autres définitions, comme celle-ci, extrêmement restrictives qui se limitent aux univers narratifs impliquant une participation directe du public, mais alors, qui laisse de côté ceux qui n’en mobilisent pas moins plusieurs secteurs médiatiques et commerciaux pour créer un ensemble cohérent, à multiples portes. Or, ceux-ci ne sont le résultat de stratégies ni cross média ni plurimédia et encore moins multimédia. Le fait est que les stratégies de déclinaison de franchises comme Pokémon ou Naruto  en de multiples versions médiatiques, s’insérant dans différentes pratiques de divertissement audiovisuelles, visent aussi à encourager les amateurs de ces récits à y pénétrer selon diverses modalités sensibles et intellectuelles,  tout en réunissant autour de ces univers des publics aux pratiques disparates. Il me semble donc qu’il s’agit bien d’univers transmédia, même si on ne demande pas au public d’influer sur l’orientation du récit. A mon avis, lorsque la participation des destinataires à l’évolution du récit est requise, il faudrait peut-être plutôt parler de “transmédia interactif”, ce qualificatif servant à souligner l’échange direct d’informations entre la source originelle (les équipes de réalisation-production) et le public.

Link

The Academic Thread #1 | The PhD and publication/by publication – a very peculiar practice? part one

Etudiante_Ordinateur2Some interesting thoughts about the ongoing changes in the field of academic publications, especially at the PhD level. It also underlines what a key period this is for young scholars and how a bad management of one’s project can lead to a total dead end.

patter

It is now increasingly common in parts of Europe for PhDs in the humanities and social sciences to be awarded on the basis of publication. The norm seems to be three, but sometimes four, papers in international peer reviewed journals. At least one paper, but sometimes more, can be written with a supervisor. However, this is not the only way to incorporate publications into the PhD, and there are other issues at stake besides simply writing papers.

About eighteen months ago some colleagues and I decided to get together a symposium on the PhD and publication, and the PhD by publication. We were from Norway and the UK and were a group made up of supervisors and early career researchers. Our group represented some of the diversity of what the PhD by/and publication currently means. Norway has recently embraced the PhD by publication whereas in the UK the monograph still…

View original post 825 more words