Sur un fil de la toile #6-7b | Il y a aussi loin de la posture juste littéralement politiquement incorrecte à la position vraiment anticonformiste

Dans un billet récent, constatant qu’il y a loin du simple blog d’opinion au vrai journalisme d’opinion, je relatais brièvement un échange pour le moins acrimonieux qui m’a opposée la Rédaction du blog lesobservateurs.ch le 24 mai 2014. Dans la seconde réponse qu’elle me faisait, elle exprimait l’exigence suivante:

Enfin, venez avec un seul exemple concret de fait erroné énoncé sur ce site, lequel nous serons ravis de corriger. Sinon vous comprendrez que nous n’ayons plus le moindre intérêt à vous répondre et, par conséquent, à vous publier.

Ce que j’ai fait dans le billet en question. Puis, j’ai envoyé un nouveau message, sur la page du même article, annonçant la publication de ce texte recensant non pas UN seul cas de fait erroné énoncé, mais plusieurs, comme le montre la capture d’écran suivante, affichant mon commentaire en attente de modération.

Capture d'écran de mon commentaire en attente de modération, envoyé au billet intitulé "Petite étude du traitement médiatique de l'UDC".

Capture d’écran de mon commentaire en attente de modération, envoyé au billet intitulé “Petite étude du traitement médiatique de l’UDC”, le 30 mai 2014. [Cliquer sur l’image pour l’agrandir]

Je leur aussi envoyé un tweet, mais il est vrai que je n’ai pas été poster cette annonce sur leur page Facebook.

Je me doutais que je devrais patienter un peu, dans la mesure où j’ai publié mon billet le lendemain de l’Ascension et que nombre de gens font le pont jusqu’au lundi suivant. Cependant, j’ai pu me rendre compte que la Rédaction du blog avait prévu une permanence pour le week-end, puisque de nouveaux articles et de nombreux commentaires ont été postés ces deux derniers jours, comme l’illustre la capture d’écran ci-dessous:

Capture d'écran des commentaires publiés le 31 mai 2014 sous un article mis en ligne le même jour (http://www.lesobservateurs.ch/2014/05/31/viviane-reding/).

Capture d’écran des commentaires publiés le 31 mai 2014 sous un article mis en ligne le même jour (http://www.lesobservateurs.ch/2014/05/31/viviane-reding/).

Du coup, si je prends la Rédaction au mot, elle avait largement le temps de publier mon commentaire (et de prendre connaissance des exemples que j’ai recensés dans mon billet). Or, deux jours après, toujours rien.

Capture d'écran des commentaires sur la page du billet intitulé "Petite étude du traitement médiatique de l'UDC" au 1er juin 2014. [Cliquer pour agrandir l'image]

Capture d’écran des commentaires sur la page du billet intitulé “Petite étude du traitement médiatique de l’UDC” au 1er juin 2014. [Cliquer pour agrandir l’image]

J’en conclus que, contrairement à ce qu’affirmait M. Windisch, au moment du lancement de cette expérience médiatique, la bataille des idées, sans tabous, à une bataille riche, fondamentale, approfondie, contradictoire, à la hauteur de l’immensité, de la complexité et de l’urgence des problèmes qui menacent l’équilibre même de nos sociétés, n’intéresse pas vraiment lesobservateurs.ch. Pourtant, la problématique abordée, à savoir la définition de base du journalisme, qu’il soit d’information ou d’opinion, constitue bien un sujet essentiel pour nos sociétés. Et de fait, elle est au cœur des nombreuses diatribes des responsables du blog et des auteurs publiés contre les médias en général. Du coup, on ne peut qu’être étonné par le peu d’entrain de la Rédaction à s’engager dans ce débat et à écouter ce que des contradicteurs peuvent leur dire.

Alors, certes, je n’y suis pas allée avec le dos de la cuillère, usant d’un ton persifleur et moqueur, parfois un peu vachard, mais, il se trouve que lesobservateurs.ch ne se gênent souvent pas d’être non seulement incroyablement violents, mais aussi surtout franchement vicieux et tordus. Ils doivent donc être capables de supporter une charge un tant soit peu humoristique et ironique, sans paniquer. Après tout, le but de ce blog était bien de lancer des batailles des idées, non? Ou alors, doit-on prendre au pied de la lettre le motto apparaissant dans le titre de la page d’accueil: Politiquement correct s’abstenir? En d’autres termes, ceux qui ne pensent pas comme lesobservateurs.ch sont priés de s’abstenir de venir sur ce blog et d’y réagir? Si c’est cela, alors, je pourrai effectivement attendre longtemps avant que lesobservateurs.ch ne publient ce commentaire, car ils n’ont aucun intérêt à le faire, puisque mon dernier message les oblige à justifier leurs méthodes effectivement peu orthodoxes.

Mais, il y a plus important. Le responsable qui me répondait promettait de faire les changements s’imposant en cas d’exemple concret de faits erronés énoncés sur le blog. J’ai donc commencé à regarder si quoi que ce soit avait changé dans les billets que j’ai épinglés. Après tout, rien n’oblige lesobservateurs.ch à publier mon commentaire, mais s’ils veulent devenir crédible auprès d’un public pas forcément constitué de convertis, ils ont tout intérêt à corriger leurs erreurs. Mais, pour l’instant, rien du tout non plus.

Ainsi, pour M. Windisch, il est toujours avéré que Mme Saida-Keller Messhali aurait affirmé le 1er octobre 2012, dans le journal du matin de la RTS que même en Tunisie on sait que nombre de Tunisiens qui partent  pour demander l’asile ont déjà un passée criminel en Tunisie même. Là, la stupéfaction a dû être totale, ce n’est plus l’UDC ou un analyste parano qui dit cela…, alors que si on écoute correctement l’émission, on se rend compte qu’elle n’aborde même pas cette thématique au cours de son intervention.

MangaFace_embarassée_transEDIT et ERRATUM du 03.06.2014: Dans un échange avec le responsable du jour des Observateurs.ch sur Twitter, j’ai découvert un autre enregistrement de l’émission en question, à la toute fin duquel, Mme Saida-Keller Messalhi dit effectivement que la plupart des gens font ce voyage clandestin ont une histoire criminelle. Donc, mea culpa! Je ne sais pas exactement pourquoi cet enregistrement ne se trouvait pas sur la page de l’émission après sa diffusion, ce qui explique que je ne l’ai pas découvert plus tôt. Mais, il faut ajouter que, comme M. Windisch n’avait pas non plus mis de lien vers ce fichier, il est aussi largement co-responsable de ce quack. En effet, quand on avance quelque-chose d’aussi sérieux que cela, on donne les adresses complètes des sources! Et il est à noter que malgré ces échanges, lesobservateurs.ch n’ont pas jugé bon d’ajouter le lien vers cet enregistrement dans le billet de M. Windisch. De toute évidence, le lecteur est supposé le croire sur parole ou se débrouiller tout seul pour retrouver l’enregistrement! J’ai ajouté le même erratum dans mon billet d’origine.

Pour ce qui est de l’émission Intercités du 13 mars 2014, pour M. Windisch, apparemment, elle s’est bien déroulée sous la forme d’un débat en direct entre 4 invités et aurait été l’occasion d’une exécution médiatique en règle du jeune élu UDC neuchâtois, Lucas Fatton. Pourtant, si on écoute le podcast, il apparaît vite qu’il s’agissait d’une discussion avec une seule invitée, les autres intervenants n’étant cités que par enregistrements interposés, réalisés la veille et rediffusés au moment de l’émission. De plus, il n’y a aucune attaque personnelle contre le jeune élu, ni aucune tentative de ridiculiser sa proposition, même si elle est critiquée.

Capture d'écran du billet intitulé: "RSR : comment exécuter – symboliquement – un jeune UDC ?" au 1er juin 2014. [Cliquer pour agrandir l'image]

Capture d’écran du billet intitulé: “RSR : comment exécuter – symboliquement – un jeune UDC ?” au 1er juin 2014. [Cliquer pour agrandir l’image]

Concernant les rumeurs au sujet des jeunes de banlieues qui auraient dépouillé des cadavres et des blessés victimes du déraillement d’un train à Brétigny, à la mi-juillet 2013, le billet, qui se contentait de reprendre, in extenso et mot à mot, le texte d’un billet publié sur le site d’extrême-droite Boulevard Voltaire, n’affiche pas non plus le moindre avertissement ou commentaire nuançant le propos, alors que l’on sait depuis longtemps que ces rumeurs étaient complètement infondées. Même chose pour les billets suivants enchaînant avec d’autres rumeurs toute aussi farfelues.

Capture d'écran du billet intitulé "Brétigny : les jeunes vous emmerdent", au 1er juin 2014. [Cliquer pour agrandir l'image]

Capture d’écran du billet intitulé “Brétigny : les jeunes vous emmerdent“, au 1er juin 2014. [Cliquer pour agrandir l’image]

Bien entendu, aucun changement non plus dans l’article Asile, trop c’est trop, concernant le rendu plus que fantaisiste que propose M. Windisch des événements de Cuba en 1980 et d’Albanie en 1991, dont il prétend faire des exemples de ce qui aurait pu se passer en Tunisie en 2011! Et ce n’est que le passage le plus emblématique d’un billet bourré d’approximations et de propositions farfelues!

Capture d'écran au 1er juin 2014 du billet intitulé "Asile, trop, c'est trop!". [Cliquer pour agrandir l'image]

Capture d’écran au 1er juin 2014 du billet intitulé “Asile, trop, c’est trop!“. [Cliquer pour agrandir l’image]

Et apparemment, Mme Kyenge, nommée ministre de la culture du nouveau gouvernement italien en 2013, aurait réellement proposé d’instaurer la polygamie en Italie, comme l’affirme toujours l’accroche de la brève des Observateurs.ch. Pourtant, il suffit de lire le contenu pour se rendre compte qu’elle n’a jamais même évoqué une chose pareille!

Capture d'écran du billet intitulé "Kyenge: « la polygamie facilite les rapports en société »" au 1er juin 2014. [Cliquer pour agrandir l'image]

Capture d’écran du billet intitulé “Kyenge: « la polygamie facilite les rapports en société »” au 1er juin 2014. [Cliquer pour agrandir l’image]

Alors, je comprends qu’il ne soit pas facile de corriger le tir sur chacun de ces cas, puisque pour quelques-uns, il faudrait complètement réécrire les billets, les arguments principaux avancés reposant entièrement sur des affirmations complètement erronées. Mais, enfin, il devrait être possible de modifier au moins les brèves sur les rumeurs concernant le fait divers de Brétigny et sur Mme Kyenge! Du coup, si lesobservateurs.ch veulent être réellement cohérents, ils pourraient tout simplement faire ces corrections, sans même forcément le signaler (ni publier mon commentaire). Mais, apparemment, même cela est déjà trop leur demander! Ce manque de réactivité de la part des Observateurs.ch montre bien qu’il y a loin de la posture littéralement incorrecte, c’est-à-dire, inexacte, fausse, voire carrément malhonnête, se cachant derrière l’étiquette d’anticonformisme, à une position politique qui remet en cause le conformisme de son milieu à certaines normes et règles, critiquées sur la base d’une analyse rigoureuse. En l’occurrence, chez lesobservateurs.ch, l’anticonformisme se réduit à tirer à boulets rouges sur tout ce qui se trouve à sa gauche et à rejeter opportunément les règles qui les gênent (tout en se permettant de les rappeler aux autres, ce qui est la définition-même de l’hypocrisie).

Advertisements

3 thoughts on “Sur un fil de la toile #6-7b | Il y a aussi loin de la posture juste littéralement politiquement incorrecte à la position vraiment anticonformiste

Comments are closed.