Sur un fil de la toile #9-4 | La censure, l’outil le moins légitime et efficace pour protéger la démocratie

boxeurLe prix du ticket n’a pas changé. Pas moins de quarante euros. Les places inoccupées se comptent sur les doigts de la main. (Le Point, Nous sommes retournés voir Dieudonné à La Main d’or, le 19.02.2014)

Comme je l’avais prévu: Dieudonné fait toujours aussi salle comble et son spectacle Asu Zoa n’est qu’une version “soft” du Mur, expurgée des parties les plus problématiques du point de vue légal. Ou plus exactement, il n’a fait que les remplacer par des allusions et des insinuations.Or, il n’y a pas de lois contre les sous-entendus!  Continue reading

Advertisement

Pulling on a web string #10-25 | Frankenpolitics: The Left defence of GMOs

Excellent overall debunking of anti-GMO arguments by Leigh Phillips, a scientific writer and journalist.

LEIGH PHILLIPS

Some background: Last September, Red Pepper , a progressive UK magazine, published a brief article,  “Silenced GM scientist speaks out against biotech coercion“, on its website about Gilles-Eric Seralini, the French molecular biologist sharply criticised by the scientific community for his infamous and headline-grabbing GMO-rat-tumour study, and promoting his British speaking tour. I’ve written for the magazine for many years and was furious that this discredited quack was being taken seriously by my colleagues. An extended email to the editors explaining the problems of the left-anti-GM position evolved into an essay for an upcoming print edition, which then turned into a multi-page debate between me and my friend Emma Hughes, a campaigner with the (really great) London-based environmental group Platform and who is also an opponent of genetic modification. 

The print edition has finally come out, but due to understandable space constraints, the full essay had to be condensed.

View original post 4,757 more words

Commentaire à chaud #24 | Les opposants à l’initiative UDC, des collabos?

chèvre1Dans un article rageur, mais toujours aussi courageusement anonyme, Les Observateurs s’indignent de ce que certains Suisses qui se sont opposés à l’initiative UDC “contre une immigration de masse” aient osé se revendiquer de “l’autre moitié” au nom du patriotisme. Eh oui, pour les Observateurs.ch, comme pour M. Blocher d’ailleurs, seuls ceux qui votent comme le veut l’UDC peuvent se présenter comme des patriote. Les autres ont, comme l’a dit,des Romands, dans la Basler Zeitung, le big boss en chef du parti du peuple suisse (véritable nom de l’UDC en allemand) une conscience nationale plus faible. Et, au passage, il a oublié que les Romands ne représentent que 20% de la population, que la participation à ce vote n’a été que de 56% et que sur ces votants, 39-40% ont quand même accepté l’initiative, ce qui signifie que pour atteindre 49,7% de non à celle-ci au niveau national, les Romands ont eu besoin du concours des Bâlois urbains, des Zürichois et des Zougois, aussi majoritairement contre, sans compter de grosses minorités de plus de 40% de Bernois, de Lucernois, d’électeurs de Suisse centrale (Uri, Glaris, Nidwald et Obwald,si, si!), de Soleurois, de Bâlois campagnards,de Shaffousois, d’Appenzellois extérieurs, de St-Gallois, de Grisons, d’Argoviens et de Thurgoviens! Apparemment, tous ces gens sont des patriotes tièdes, voire pire!

Mais, apparemment, pour les Observateurs.ch, M. Blocher ne va probablement pas assez loin, car, voilà qu’ils traitent de “collabobos” les auteurs du site “L’autre moitié” qui ont décidé de projeter à l’extérieur du pays une autre image de la Suisse que celle affichée par les adeptes de l’initiative UDC. Rien que ça! Alors, certes, personnellement j’ai un peu du mal à comprendre comment les gens derrière ce site espèrent pouvoir résoudre la contradiction intrinsèque d’une pareille déclaration:

Créatifs et penseurs, apportez votre soutien, créez et aidez-nous à construire la plus grande vitrine digitale positive de la Suisse contemporaine. Montrons-leur que nous, l’autre moitié, ne sommes pas cette Suisse-là, que nous sommes un pays métissé, culturel, économiquement ouvert, curieux et soudé.

Soudé? Contre les 50,3% qui ont voté en faveur de cette initiative? En effet, il va falloir être très créatif pour montrer l’image d’un pays soudé tout en le présentant comme profondément divisé en deux parties qui se regardent en chien de faïence! Je sais que certaines familles complètement déchirées arrivent parfois à donner le change en société pour présenter l’image idéale de la parfaite harmonie, mais je doute quelque peu que ce tour de passe-passe puisse fonctionner au niveau d’un pays entier, surtout si on commence par hurler sur tous les toits qu’il n’est absolument pas question de confondre les 49,7% des opposants à l’initiative avec les 50,3% d'”inconscients” qui l’ont acceptée!

Mais de là à qualifier de “collabobos”, soit de collabos bourgeois-bohèmes, les auteurs de ce site, je pense que les Observateurs confondent de nouveau politiquement incorrect avec grand n’importe quoi. Il ne serait pas inexact d’affirmer qu’il s’agit de mauvais perdants. Mais des collabos?? Vraiment? Et d’abord, de quel ennemi de la Suisse ces gens qui ressentent un profond malaise face à ce vote seraient-ils des collabos? L’UE? Les mondialistes? Le lobby sataniste islamiste LGBT? On ne le saura probablement pas,  parce que les auteurs de ce site sont surtout les champions des allusions et des insinuations vicieuses bien plus que de la nuance et de la précision, même si son fondateur invoquait tout au début “l’esprit de recherche”. Quant à l’ajout de “bobos”, il n’a rien d’étonnant, puisque pour la rédaction de ce site, tous les gens qui ne suivent pas l’UDC comme de braves petits moutons sont forcément des bobos, soit des intellos urbains déracinés post-modernes multisexués végétariens, hypocrites, assistés, ne bouffant que du bio et soutenant le loup contre ces braves éleveurs de moutons valaisans (ce qui explique aussi que ces bobos n’agissent pas comme des moutons….).

Mais, ce qui est à retenir ici, c’est que l’accusation de trahison se précise chaque fois un peu plus dans les propos des Observateurs à l’égard de tous ceux qui ne correspondent pas à la définition du “peuple” promue par certaines mouvances d’extrême-droite et néoconservatrices, auxquelles ce site se rattache (ne fût-ce que par ses multiples références à des sites de ces mouvances). Et ici, avec la qualification de “collabo” on y touche carrément.

En gros, ce n’est plus qu’une question de temps pour que ceux qui s’opposent à un patriotisme réactionnaire et étriqué soient qualifiés directement de traîtres à la patrie par ceux qui s’en font les champions auto-proclamés, participant en fait bien plus au clivage national que des sites un peu potache comme “L’autre moitié”!

Au 6 février 2014 | Thèse enfin finie et bien finie!!

graduate_10_transAlors, voilà, enfin, enfin, enfin….ma thèse est terminée et bien terminée! Non, je ne vais plus rien y ajouter! C’est fait, finito! Toutes les démarches administratives pour le dépôt de ma thèse aussi! J’ai reçu un certificat m’annonçant que j’avais réussi mon doctorat et qu’il ne me reste donc plus qu’à venir chercher mon joli papier officiel le 27 juin 2014 à Strasbourg, au cours d’une cérémonie de remise des diplômes!

Sinon, j’attends avec une certaine impatience qu’elle soit enfin mise à disposition sur le répertoire national des thèses déposées dans les universités françaises. Pour l’instant, tout ce qui est indiqué sur ma page, c’est ceci:

Capture d'écran de ma page sur le répertoire national Thèses.fr. au 6 février 2014.

Capture d’écran de ma page sur le répertoire national Thèses.fr. au 6 février 2014.

Mise à jour au 10 février 2014:

Grâce aux indications d’Emilien Ruiz, chercheur post-doctorant au Centre d’études européennes à SciencesPo, j’ai découvert qu’il m’était possible de publier ma thèse sur TEL (Thèse En Ligne) un autre registre nationale français, mais promouvant l’auto-archivage afin de faciliter le partage des travaux des chercheurs. Vous trouverez un résumé ainsi qu’un lien vers une version PDF de ma thèse dans son intégralité sur cette page.

Votations du 9 février 2014 #1-2 | Vérification des allégations des opposants à l’initiative “Financer l’avortement est une affaire privée”

Affiche de la campagne des opposants à l'initiative "Financer l'avortement est une affaire privée".

Affiche de la campagne des opposants à l’initiative “Financer l’avortement est une affaire privée”.

Après avoir traité des allégations des auteurs de l’initiative “Financer l’avortement est une affaire privée”, il est temps de passer celles de leurs opposants à la loupe de la vérification. De manière générale, le constat est beaucoup plus positif que pour les propos des initiants, qui la plupart du temps restent très factuels, mais il y a quand même quelques affirmations qui posent problèmes, soit parce qu’elles sont inexactes ou parce que les relations de cause à effet proclamées ne sont pas si évidentes que cela, soit parce qu’elles confondent des vœux pieux avec des états de fait. Néanmoins, les opposants ont au moins l’avantage de ne pas surinterpréter des études scientifiques ou des statistiques.

N.B.: Les parties en gras dans les textes cités de l’argumentaire des opposant reprennent la mise en exergue originale.

Continue reading