Link

Fil académique #6-2 | Non, les relations par écrans interposés ne sont pas moins réelles

Mac_BoucheHier, je suis de nouveau tombée sur une énième complainte sur l’effet dévastateurs des univers numériques et des écrans sur la socialisation des gens. Dans une Tribune au Temps du 14 janvier 2014, Miguel D. Norambuena, artiste et président de l’association Racard, une association genevoise de soutien psychosociale, nous assène ceci:

Ainsi, nous assistons, silencieusement, au développement d’une société de plus en plus asservie à une communication saturée, façonnée par les écrans2, au détriment de l’expérience concrète du contact vivifiant de l’autre, en chair et en os. Une expérience qui passe par la mise en perspective du «je te vois, je te sens, je te touche et je t’entends dans le ici et maintenant». Cette expérience anthropologique est irremplaçable, et elle ne peut se déployer que dans la durée, à l’intérieur d’un espace vital, proxémique, subjectif et physique, où chacun expérimente la rencontre de ses semblables et de l’altérité; un espace situé à l’interface de l’individuel et du collectif, un lieu unique où chacun a la possibilité de mobiliser ses affects, de se pacifier avec son histoire et de se renouveler ontologiquement. Continue reading

Advertisement