Image

Au delà de la toile #1 | Un beau matin de 31 décembre 2013 à Genève….

2014 sera une année de commémorations importantes pour Genève, puisque la République célèbrera les 200 ans de sa Restauration et de son entrée dans la Confédération Helvétique. Pour lancer en beauté ces festivités, le Canton a donc organisé une cérémonie ce matin à 8h00 tapante. Mes parents ayant décidé d’y assister, même si nous ne vivons pas à Genève, nous nous sommes donc pointés dare-dare à 8h10. Nous y avons rejoint une petite foule d’un millier de courageux prêts à rester immobile dans le brouillard froid et humide de l’hiver genevois!

Photos_Polaroid_Scotches_GE200_2

Au programme notamment, tir au canon depuis la Treille en direction du Parc des Bastions, de 23 coups: un par canton de la Confédération de l’époque! Nous avons raté les premiers, mais nous avons été régalés d’une bonne dizaine de coups au moins!

Photos_Polaroid_Scotches_GE200_1

Certains se sont certes réchauffés en entonnant le Cé qu’è lainô et l’hymne nationale suisse,  interprétés par de valeureux musiciens en costumes d’époque, mais ils étaient plutôt rares.

Photos_Polaroid_Scotches_GE200_3

Il faut dire que les paroles des deux chants sont assez difficiles à retenir, pour le premier parce qu’elles sont en vieux patois franco-provençal, incompréhensible de nos jours, et pour le deuxième, parce qu’aussi bien la mélodie que les paroles sont d’un ennui à assommer un clown! Heureusement, le parlement a mandaté la Société suisse d’utilité publique pour qu’elle organise un concours pour rafraîchir le chant patriotique et normalement, à juin 2014, un vainqueur devrait être présenté au public. Espérons qu’on nous propose quelque-chose d’un peu moins prêchi-prêcha.

A noter un très bon, mais bref discours de François Longchamp, Président du Conseil d’Etat, fraîchement élu! J’ai tout particulièrement apprécié le joli petit coup de griffe, en passant, aux tentations hagiographiques sur les raisons qui ont poussé les élites genevoises à rejoindre la Confédération en 1814.  Genève est devenu un canton suisse non par pur idéal fédéraliste ou démocratique, mais parce que cela allait dans le sens des intérêts des élites de la petite république du bout du lac.  Mais, il a aussi bien souligné le rôle des Radicaux ainsi que la destinée internationale du canton, qui, sans son rayonnement dans le monde grâce à la présence des organisations onusiennes et des nombreuses ONG, mais aussi de diverses foires, ne serait qu’une petite enclave provinciale, coincée entre la France et le Canton de Vaud.

>> Outre le site Web de GE200, retrouvez aussi les comptes-rendus des festivités sur la page Facebook de ces commémorations.