Commentaire à chaud #17 | Débats et tours de passe-passe

Kid_with_the_press_transLes tours de passe-passe dans les polémiques et les débats publics m’agacent énormément, d’où qu’ils viennent (c-à-d, de gauche, de droite, du centre, d’en-haut ou d’en-bas). Par là, j’entends les petites tricheries, notamment de langage, devant permettre à celui qui les utilise de ne pas se prendre la tête à chercher des contre-arguments à opposer à ceux de l’autre camp. Ce n’est pas seulement malhonnête, et donc condamnable en soi, mais en plus, c’est généralement totalement contre-productif, puisque l’autre peut facilement retourner la tactique à son avantage. On a droit à un exemple flagrant avec le comportement de Laurent Joffrin (LJ), Directeur du Nouvel Observateur (Nouvel Obs), dans le contexte de la polémique autour de la menace prononcée par Marine Le Pen (MLP) à l’encontre de tous ceux qui oseraient qualifier publiquement le Front National (FN) de parti d’extrême-droite. Dans ce cas, on a eu droit à double tour de passe-passe, qui permettra probablement à MLP et au FN de poser en sempiternelles victimes de l’establishement politico-médiatique parisien.

1. Ne pas tout dire

Que s’est-il passé? Il y a une semaine, Marine Le Pen affirmait sur BFM TV qu’une “guerre sémantique” était menée cCommentaire à chaud #17 | Débats et tours de passe-passeontre son parti et qu’elle voulait y mettre fin, déclarant ceci:

Il y a là un véritable scandale, stop, je saisirai les tribunaux sur ce sujet.

Ni une, ni deux, tout le monde a alors hurlé à la tentative d’intimidation et plusieurs médias se sont alors empressés de rappeler que le parti était plutôt coutumier de ce genre de méthode. Il ne restait plus qu’à attendre qu’elle mette sa menace à exécution. Attente qui ne fût apparemment pas trop longue, puisque, nous apprend le 9h15 d’@si, LJ annonçait hier soir sur France 5:

j’ai reçu une lettre, moi, de Marine Le Pen, qui me met au tribunal

— Une citation directe ?

— Oui, parce que je suis directeur de la publication.

@SI précise alors que Marine Le Pen a protesté contre cette interprétation des choses, démentant avoir citer le Nouvel Obs à comparer devant un tribunal parce qu’il avait osé qualifier le FN de parti d’extrême-droite, mais bien parce qu’il lui aurait refusé un droit de réponse, ce qui est évidemment complètement différent. En effet, d’après ce que je sais, un média ne peut légalement refuser un droit de réponse à une personne ou organisation sérieusement remise en cause par une de ses publications.

Mais, la brève du 9h15 se garde bien de confirmer les dires de MLP, les laissant en suspens, au jugement des lecteurs.  Cependant, ce n’est pas un détail anodin, parce que ça change complètement la donne de cette polémique. S’il est effectivement problématique qu’un parti poursuive un journal pour avoir osé le critiquer ou le qualifier d’une manière tout à fait factuel et sans malveillance particulière (ce qui pourrait relever de la calomnie ou même de l’injure), il en va tout autrement d’un refus de réponse dans ce genre de cas.  Après tout, le FN a le droit de tenter de contrer les définitions que les médias peuvent vouloir en donner dans l’espace public et il est simplement inacceptable que ceux-ci lui refusent la parole en lui claquant la porte au nez.

Or, c’est exactement ce qui semble s’être passé, comme le révèle ce matin un éditorial de LJ lui-même sur le site du Nouvel Obs! Contrairement à ce qu’il prétendait, hier soir sur France 5, MLP ne le poursuit pas pour avoir traité le FN de parti d’extrême-droite, mais bien pour lui avoir refusé un droit de réponse. Premier tour de passe-passe.

2. Justifier une dérobade par des procès d’intention et en agitant des épouvantails

C’est dans la justification plus que boiteuse proposée par le Directeur du Nouvel Obs pour justifier ce refus qu’apparaît le deuxième tour de passe-passe, qui m’a particulièrement fait bondir:

Marine Le Pen, procédurière comme l’était son père, nous a envoyé un droit de réponse interminable qui conteste cette définition. Nous ne le publierons pas. Si nous le faisions, nous serions contraints de recommencer à tout bout de champ, en tout cas à chaque fois que nous placerions le FN à l’extrême-droite de la vie politique, ce qui reviendrait à nous censurer, sous la férule d’un régime exorbitant du droit et du bon sens. Dès lors, comme l’indique implicitement Marine Le Pen dans sa lettre, nous sommes susceptibles d’être poursuivis devant la justice pour refus d’insérer son texte. Ce droit de réponse nous semble abusif : nous acceptons d’avance le procès. La justice tranchera.

En gros, il se cache derrière les habitudes procédurière de MLP, la soi-disant longueur insoutenable du texte qu’elle voulait faire paraître en droit de réponse et une supposée intention d’inonder systématiquement la rédaction de telles demandes dans le futur pour la lui refuser aujourd’hui. Reprenons ces arguments un à un.

a. MLP la procédurière, digne fille de son père le procédurier, aux lettres interminables

La présidente du FN aurait réagi au quart de tour en demandant un droit de réponse “interminable”, ce qui justifierait de ne pas la publier. On se pincerait presque! Que je sache, les rédactions, surtout celles des médias bien établis comme le Nouvel Obs, ont l’habitude de négocier avec les personnes désirant s’exprimer dans leur colonne, la longueur des textes à publier et les éventuelles coupures à opérer!  On pourrait comprendre que le Nouvel Obs décide de ne pas le publier si MLP, vraiment trop procédurière, c’est-à-dire abusivement pinailleuse, devait mobiliser trop de temps des rédacteurs dans une telle négociation. Mais là, comme elle n’a, apparemment, même pas eu lieu, cette excuse ne peut pas être invoquée.

b. Elle risque de recommencer à chaque article et donc de submerger la rédaction de demandes

Alors, outre que c’est un peu le mauvais côté de la liberté d’expression dans l’espace public, que tous les acteurs, y compris les journalistes, doivent accepter, de nouveau, je doute fort qu’un média comme le Nouvel Obs ne soit pas capable de gérer ce genre de tentatives de harcèlement. Par ailleurs, si cette supposition se base effectivement sur des expériences passées, cela ne signifie pas qu’elles puissent justifier ce qui ressemble de plus en plus à une forme de censure. On est au début d’un débat qui, s’il n’est pas d’une originalité, ni d’une nouveauté ébouriffante, n’en est pas moins valable dans le contexte actuel. On s’est certes déjà étripé dans le passé sur la meilleure manière de qualifier le FN, mais 1995 n’est pas 2013. Les choses ont pas mal changé entre deux et il peut être utile de ré-évaluer les catégories de définition servant à cartographier le paysage politique! Si MLP devait effectivement se mettre à harceler le Nouvel Obs de “droits de réponse interminables”, il serait alors toujours temps de refuser, notamment s’ils devaient être de simples copiés-collés du premier.  Mais, à ce stade, il est simplement prématuré de lui barrer l’accès aux colonnes du journal.

c. Elle utiliserait son droit de réponse pour censurer le Nouvel Obs

Là, LJ sort carrément l’épouvantail, juste au cas où les deux autres arguments ne vous auraient pas convaincus qu’il vaut mieux claquer la porte au nez de MLP et du FN! Outre qu’un droit de réponse ne peut constituer logiquement une censure, puisqu’elle fait forcément suite à un article qui aurait déjà paru et aurait été lu par des milliers de personnes, il est vraiment étrange de considérer qu’un débat par articles et droits de réponse interposés comporterait un risque de censure! Comme je l’ai déjà dit, le droit de réponse n’est pas non plus absolu et si la personne refuse aussi de se conformer aux règles de la rédaction, cette dernière peut alors effectivement décider de ne pas publier son texte. Si MLP devait effectivement se lancer dans une véritable guérilla contre la presse, alors il serait effectivement possible de le faire savoir et d’exprimer aussi publiquement les limites d’un débat sous cette forme.  En effet, aucune forme d’expression n’est illimitée et si certains essaient de monopoliser tout l’espace et le temps d’expression afin d’empêcher les autres de s’exprimer, il est alors légitime de leur rappeler certaines règles de base du débat public.

3. Refus simple du débat

MénagèreMangaEn résumé, le Nouvel Obs refuse de débattre avec une personnalité publique et son parti qu’il prend pourtant lourdement à partie sous prétexte que ce serait un débat sans fin et que cela signifierait, par je ne sais quel étrange miracle, que le journal serait obligé de se censurer lui-même! L’impression qui se dégage de ce double tour de passe-passe est ainsi exactement contraire à celle qu’espère LJ. Pire, il oblige les gens qui sont attachés à certains principes du fonctionnement de l’agora démocratique à prendre fait et cause pour un parti qu’ils jugent aussi dangereux pour notre système!  Et honnêtement, ça met de mauvais poil! Mais, ce n’est pas parce qu’un parti a tendance à activer les éléments destructeurs de la démocratie que cette dernière porte en elle-même que l’on peut violer sa liberté d’expression. Cela ne fait qu’accélérer les choses! La démocratie a toujours été et restera constamment une exercice d’équilibriste délicat, toujours sur la brèche et ce n’est pas en l’entourant de toutes parts de filets qui finissent par l’entraver que l’on va garantir sa bonne marche. La problématique de la définition du FN, même si elle semble relever de l’évidence au Nouvel Obs, mérite mieux que ce genre de dérobade assez grossière.

One thought on “Commentaire à chaud #17 | Débats et tours de passe-passe

Comments are closed.