Commentaires à chaud #16 | La circoncision, un “droit fondamental”??

A l’heure où nos responsables communautaires consacrent une grande partie de leurs efforts pour défendre les droits fondamentaux que sont la circoncision, l’abattage cacher, la liberté de pouvoir respecter shabbat ainsi que les fêtes juives en périodes d’examens et dans une moindre mesure le port de la kippa, il importe de ne plus se voiler la face et de reconnaître avec pragmatisme qu’un jour ou l’autre, les juifs seront effectivement forcés de faire leurs valises et de quitter l’Europe.

via Europe: après la viande casher, la circoncision… | JSS News.

Ah bon? Ce sont des droits fondamentaux? Pourtant, je ne les vois inscrits nulle part dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ni même dans aucun constitution! De plus, si la judaïté de certains et leur conception de la communauté juive ne tiennent plus qu’à l’ablation d’un petit bout de peau à l’extrémité du kiki des messieurs, au point de les pousser à émigrer avec armes et bagages, c’est qu’elles doivent être sérieusement vidées de tout sens!

Circoncision de Jésus sur le retable des Douze Apôtres de Friedrich Herlin de Nördlingen, 1466. Rothenburg ob der Tauber.

Circoncision de Jésus sur le retable des Douze Apôtres de Friedrich Herlin de Nördlingen, 1466. Rothenburg ob der Tauber. Source: Wikimédia.

Plus sérieusement, la liberté de conscience et d’expression religieuse est certes fondamentale, mais comme les autres inscrites dans la chartes onusienne et les diverses conventions internationales, elle n’est pas illimitée, ni ne surpasse d’autres droits au point de les écraser complètement. Or, dans le cas de la circoncision, il ne s’agit pas de la liberté religieuse du bébé, qui n’est simplement pas en âge de la revendiquer, mais bien de ses parents et de son entourage social. Le problème est que celle-ci s’exerce au détriment de celle de l’enfant, qui se trouve ainsi marqué de manière quasi-irrémédiable, comme membre d’une communauté religieuse, sans qu’il ait été en position de donner son avis. Il pourra certes décider plus tard de ne pas pratiquer, de ne pas être croyant et même de ne plus se reconnaître comme juif (ou musulman), avec d’éventuelles conséquences sérieuses, mais il n’en restera pas moins que chaque fois qu’il se déshabillera, il sera obligé de se souvenir qu’il a été marqué comme tel depuis à peine quelques heures, jours ou années (dans le cas des musulmans) après sa venue au monde.

On me rétorquera que le baptême catholique, orthodoxe, luthérien et méthodiste est aussi accompli à un âge où l’enfant n’a pas de libre arbitre et sans qu’on lui demande son avis. C’est vrai, et, à l’instar d’ailleurs d’autres obédiences protestantes, beaucoup de gens, dont je fais partie, estiment que ce rite ne devrait être proposé que lorsque la personne a atteint un âge de raison et est capable de comprendre la signification de cet acte afin de pouvoir donner son consentement éclairé. Mais, il n’en reste pas moins que le baptême d’un bébé de six mois ne le marque pas dans sa chair, et il suffit que les parents négligent leur promesse de l’élever dans la foi de l’église dans laquelle il a été baptisé (souvent comme simple cérémonie sociale, plus que religieuse), ce qui arrive fréquemment dans nos pays fortement sécularisés, pour que ce rituel demeure un non-événement complet dans sa vie! En effet, je ne connais personne capable de se souvenir de quoi que ce soit de ce qui lui est arrivé à un âge aussi jeune. Pour un juif ou un musulman, même libéral et non-pratiquant, la trace, parfois douloureuse, de cette appartenance demeure généralement pour toujours, à moins de passer à nouveau sur le billard pour une opération qui n’a rien d’anodin.

De fait, ce n’est pas l’interdiction de la circoncision qui est demandée, mais sa pratique sur des nouveau-nés ou des enfants pas encore en âge de comprendre la douleur que représentera cet acte au moment de son accomplissement, ni même sa véritable portée symbolique, religieuse et sociale. Rien n’empêche des parents juifs ou musulmans de proposer à leurs enfants de 14 ans et plus de se faire circoncire, afin de nouer définitivement leur alliance avec Dieu et/ou de confirmer leur appartenance à leur obédience religieuse. Mais, il est évidemment plus facile de l’imposer à un bébé ou à un jeune enfant qu’à un adolescent à la fin de sa scolarité à qui on aura appris qu’il n’est pas obligé de se laisser imposer tout et n’importe quoi au nom de la religion. Et je pense que c’est évidemment cela que craignent ceux qui s’opposent à cette recommandation du Conseil de l’Europe et aux demandes de divers groupes plaidant pour un meilleur respect des droits tout aussi fondamentaux de l’enfant, notamment celui au respect de son intégrité physique et psychique. Contrairement à ce qu’ils suggèrent, il ne s’agit donc pas d’une nouvelle forme d’antisémitisme (ou d’islamophobie) qui ne dirait pas son nom, ni même d’une tentative d’empêcher une quelconque identité juive (ou musulmane) de s’exprimer.

emotions_of_a_family_of_four_vector_181459D’une certaine manière, c’est moins la crainte de voir disparaître une pratique religieuse à laquelle ils tiennent qui posent problèmes aux opposants à cette interdiction que de voir leur prérogative parentale encore un peu plus limitée. En effet, même si la plupart des parents ne considèrent pas leurs enfants comme une “possession” dont ils peuvent faire ce que bon leur semble, il n’en reste pas moins qu’ils estiment avoir le droit de les éduquer comme ils l’entendent, et cela signifie plus concrètement, les façonner “à leur image”, afin de transmettre plus que juste des valeurs et un mode de vie, une partie d’eux-mêmes. Leur espoir est quand même généralement de voir leurs enfants imiter ce qu’ils pensent avoir de mieux dans leur propre vie. Or, pour ceux qui tiennent mordicus à la circoncision, non seulement parce qu’ils l’ont eux-mêmes subies et ne voient pas pourquoi il n’en irait pas de même pour leurs fils, mais aussi parce qu’ils en ont intériorisés les significations, la perspective de devoir négocier un acte aussi peu engageant d’un point de vue corporel, doit leur paraître horriblement problématique. Dans cette optique aussi, c’est quand même moins prise de tête de le faire sur un nouveau-né qui ne peut pas refuser, ni se défendre.

Advertisements

7 thoughts on “Commentaires à chaud #16 | La circoncision, un “droit fondamental”??

    • Interesting link, especially for the remark on the Children’s Rights Convention.

      On the other hand, I have troubles with the argument that circumcision shouldn’t be perpetrated because it supposedly lowers sexual pleasure for men and women. Besides the fact that there are other scientific studies that say exactly the opposite, what characterizes them is the fact that none of them is terribly reliable, simply because the definition of sexual pleasure and orgasm has never been really settled. From what I know, most of these studies just rely on the respondent’s self-assessment and we don’t know if they all share the same references to evaluate their sexual pleasure.

      Moreover, I think it is kind of beyond the point, which is that ritual circumcision is a mutilation perpetrated in order to definitely mark a child as a member of a community. Even if later on he decides to completely turn his back on it, he’ll never completely escape from it, since he will carry this mark on his most intimate bodily part for his whole life. In my opinion, this is what is really at stake here.

      But honestly, I’m not too convinced about the medical arguments on the potential harm that circumcision can inflict on a child. It is certainly not a completely benign act, but it isn’t either the most dramatic one could think of. Female genital mutilation is a lot worse and carries a much bigger risk for the victim’s health. A circumcision accomplished with the proper medical tool, by an expert, in a very hygienic context is about as risky as going to the dentist for a cavity.

      Like

  1. Ismael says:

    1/5 Benefits of circumcision in islamand judaism la circoncision

    —————————————————
    2/5 Benefits of Circumcision in Islam and Judaism la Circoncision

    Like

    • Ohlalalaa! D’habitude, je commence par souhaiter la bienvenue aux gens qui interviennent sur mon blog pour la première fois, mais là, désolée, je ne peux pas! C’est simple: c’est long, c’est lent, très lent, c’est souvent difficilement lisible (à force d’effets spéciaux à la noix), dans un anglais et un français vraiment approximatif, c’est répétitif, pleins d’arguments d’autorités balancés à tout va et bourré de semi-vérités enrobant un message islamiste, antisémite, homophobe, anti-vax, etc.! En bref, c’est de la propagande pure pour la circoncision musulmane, qui s’appuie sur la science quand ça l’arrange et la dénonce comme un complot athée et franc-maçon dès qu’elle la contredit. Tout cela n’est pas du tout sérieux! Je vais reprendre les trois points les plus souvent évoqués, qui apparaissent évidemment aussi ici, afin de les démystifier une bonne fois pour toute.

      1. La prévention médicale
      Concernant la capacité de la circoncision à prévenir des maladies, il faut savoir qu’elle ne déploie son efficacité qu’en présence d’autres mesures et qu’elle n’est recommandée que dans des régions du monde où l’accès à des soins médicaux modernes est aléatoire, voir nulle (http://paca.lecrips.net/spip.php?article318). C’est pour cela que les études scientifiques (http://cochrane.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=4275:la-circoncision-pour-la-prevention-de-lacquisition-heterosexuelle-du-vih-chez-les-hommes) et les autorités sanitaires internationales (http://apps.who.int/rhl/hiv_aids/Cd003362_igberasego_com/fr/index.html) ne la recommande que dans ces contextes-là. De plus, il faut voir que dans ces cas, la circoncision est pratiquée sur des jeunes hommes et des hommes adultes, pas sur des nouveaux-nés ou des enfants encore trop jeunes pour donner leur accord.

      Outre que les bénéfices de la circoncision médicale ne sont établis que dans certains cas spécifiques et, encore, avec une bonne marge d’incertitude, il se trouve qu’il existe d’autres méthodes moins invasives et plus fiables encore de faire face à ces menaces sanitaires. C’est pour cela que la circoncision médicale n’est que rarement recommandée sous nos latitudes. En effet, en médecine, on pèse plusieurs facteurs avant d’adopter un traitement et il faut que les avantages soient largement supérieurs aux effets secondaires éventuels (et il y a toujours un risque d’effets secondaires, sauf pour des traitement sans aucun effet). En bref, la circoncision n’est certainement pas la panacée médicale que décrivent ces deux vidéos de propagande. De fait, l’opposition à cet acte rituel n’a rien à voir avec une quelconque peur de médecins qui risqueraient de se retrouver au chômage, parce que la circoncision ferait soudainement chuter drastiquement le nombre de malades! Il s’agit d’un gros mensonge et un gros mensonge littéralement malsain, parce que les auteurs de ces vidéos essaient de faire croire que la circoncision pourrait remplacer la médecine! Là, on est carrément dans une pensée magique potentiellement criminelle, pouvant détourner les gens de traitements dont ils ont un besoin vital!

      2. Le plaisir pour les dames
      Outre qu’il n’y a aucune étude scientifique sérieuse qui peut assurer que les pénis circoncis procurent forcément plus de plaisir aux femmes (tout simplement parce qu’il entre tellement de facteurs différents, non seulement physique, physiologique, mais aussi sociaux et culturels, dans le plaisir sexuel qu’il est impossible de dire lequel prédomine le plus chez les gens en général), je trouve quand même hallucinant d’utiliser une excuse aussi futile pour justifier la circoncision d’enfants trop jeunes pour même comprendre ce qui leur arrive! D’une certaine manière, il faut quand même être sérieusement étourdi pour avancer un argument pareil!

      3. La circoncision des enfants, c’est comme le vaccin: on ne leur demande pas leur avis.
      De nouveau, c’est du grand n’importe quoi! Le fait est que les prétextes sanitaires énoncés plus haut ne servent qu’à tenter de faire passer un acte purement rituel pour un acte potentiellement médical, alors qu’en réalité, sa potentialité médicale ne se déploie que dans des cas spécifiques. Or, il s’a d’un rituel imposé à TOUS les enfants musulmans ou juifs! La différence entre le vaccin et la circoncision, c’est que le premier n’a pas d’autre but que la prévention de maladie et la protection sanitaire de la population. La circoncision est une mutilation (oui, c’en est une même si ça ébouriffe certains musulmans et juifs) qui sert uniquement à marquer définitivement l’appartenance religieuse de l’enfant dans sa chair. De par le texte de la Convention relative aux Droits de l’enfants, les parents sont responsables de sa bonne santé et doivent prendre toutes les mesures possibles pour qu’elle soit préservée. Dans cette optique, ils doivent aussi veiller à l’intégrité physique de l’enfant. Comparer le prépuce aux ongles ou aux cheveux, comme le font ces vidéos, est aussi faux. Les ongles et les cheveux sont de la matière morte, pas le prépuce. Son ablation n’est donc pas du tout équivalente à se couper les ongles, les poils ou les cheveux. D’ailleurs, ces derniers repoussent constamment (au fur et à mesure de la production de kératine par le corps), pas le prépuce, que je sache! La circoncision est bien une atteinte à l’intégrité physique de l’enfant et cela dans le but de le marquer définitivement, de façon à entraver sa liberté religieuse et identitaire plus tard. C’est une manière de l’attacher à sa communauté et de le rendre définitivement reconnaissable comme membre de cette communauté (aux yeux de ceux qui n’en sont pas). Et c’est là qu’est le principal problème de ceux qui s’opposent à la circoncision pratiquée sur des mineurs à un âge où ils ne sont même pas en mesure de saisir les enjeux et les significations de cet acte, qu’on ne leur explique qu’à postériori, quand il a déjà été réalisé.

      Je ne vais pas perdre du temps à m’attarder sur les affirmations ridicules concernant les athées, les francs-maçons ainsi que les juifs et les homosexuels ou encore les Occidentaux (dont les femme seraient plus infidèles parce qu’en manque de pénis circoncis). Ce sont des stéréotypes nauséabonds déjà démontés des milliers de fois et je ne vois pas pourquoi je reviendrai là-dessus.

      Like

  2. Kraft says:

    La problématique de la circoncision est double:
    -D’un côté, on a ceux qui le pensent réellement pour le bien de l’enfant (on n’a pas le droit de s’attaquer et de faire subir des actes à des personnes faibles). c’est recevable

    -de l’autre côté, les islamophobes et antisémites de tout bord qui se servent du prétexte de l’enfant pour stigmatiser ces communeautés.

    la circoncision est pratiquée de manière massive aux USA pour des raisons hygiéniques
    (des études des OMS ont prouvés que ça permettait de mettre un frein à la contamination par les HIV) et il est difficile de ne pas être circoncis là bas, car c’est une norme.
    Pas mal de naturalisé américain se font circoncire pour le syndrôme du vestiaire, et ce n’est pas une question de religion ou de philosophie, mais une sorte d’intégration à la culture américaine

    En France, c’est l’inverse.

    De l’autre côté, ce circoncire, c’est aussi perdre un petit fragment de peau qui permettent de faire des greffes de la peau plus tard en cas d’accident (brûlure etc …)

    Pour conclure
    Circoncis (de manière médicale, avec aucune séquelle) ou non circoncis:
    ça ne change rien au fonctionnement d’une bistouquette.

    Pour moi, la problématique actuelle est plus dans le domaine du refus des autres (xénophobies) et la tendance à vouloir imposer de force ses propres valeurs aux autres.

    bref, la grande tendance malsaine du moment.

    Bonne journée !

    Like

    • Bonjour,

      Mercie de votre visite et de votre commentaire!

      En fait, pour vous, ce qui semble problématique, c’est la motivation idéologique (plus ou moins supposée) de ceux qui s’expriment sur le sujet. Apparemment, vous êtes prêts à entendre les gens qui ont le bien de l’enfant en tête, mais pas les islamophobes et antisémites. Pourtant, si un fait est énoncé, il reste un fait, quelle que soit la motivation de l’énonciateur. Maintenant, je peux comprendre que vous n’alliez pas chercher votre inspiration pour ce débat chez les seconds. Moi non plus d’ailleurs.

      Ensuite, si les circoncisions ont été aussi massivement pratiquées aux USA, ce n’était pas tant pour prévenir la circulation de maladies vénériennes que pour suivre une croyance assez ridicule dans l’idée que la circoncision découragerait la masturbation et donc des comportements sexuels indécents (pouvant effectivement mener à la propagation de MST). Ensuite, s’est ajoutée à cela l’idée que c’était plus hygiénique. Et c’est parce que ces croyances ont été progressivement démystifiées dans les années 90, que depuis lors, le nombre de circoncision décroît progressivement dans ce pays. Pour ce qui est de la valeur préventive de la circoncision dans le cadre de la lutte contre la diffusion du HIV, elle ne s’applique que dans certains pays africains et seulement accompagnée d’autres mesures socio-médicales. A elle seule, la circoncision ne peut pas grand-chose.

      Enfin, le problème n’est pas de savoir si la circoncision change quelque-chose au fonctionnement de la bistouquette ou pas, mais bien s’il s’agit d’une mutilation corporelle ou pas. Dans diverses cultures, il existe nombre d’interventions sur le corps humain qui ne l’handicapent pas du tout, mais qui restent des mutilations. Si c’est le cas, et je crois que la plupart des gens tombent d’accord là-dessus, même les partisans de la circoncision, alors, il faut déterminer si elle est indiquée ou pas. Dans le cas d’un nouveau-né ou d’un enfant trop jeune pour comprendre réellement les enjeux de ce rite et donner son accord en connaissance de cause, on ne saurait lui imposer une mutilation génitale pour raison religieuse, puisqu’il a un droit fondamental à son intégrité physique. Seule une indication médicale pourrait rendre cette opération légitime, puisqu’il s’agirait alors de garantir sa bonne santé. Et c’est cela que le Conseil de l’Europe vient de rappeler en recommandant aux pays membres de prendre les mesures légales nécessaires pour s’assurer que le droit fondamental de l’enfant à son intégrité physique soit garanti et prenne la préséance sur la liberté religieuse des parents.

      Parce qu’en réalité, le véritable enjeu ici est l’opposition entre les droits fondamentaux des enfants à leur intégrité physique et la liberté des parents d’exprimer leur appartenance religieuse, surtout dans le domaine du privé et de l’intime. Or, il y a difficilement plus privé et intime que les organes génitaux. Et dans cette histoire, ce ne sont pas les “xénophobes” qui cherchent à imposer leurs valeurs à des gens qu’ils rejettent. Ce sont plutôt des parents qui font cela à leurs enfants, à un âge où ils ne sont pas en mesure de faire valoir leurs droits et de se défendre.

      En effet, je vous rappelle qu’il ne s’agit pas d’interdire la circoncision, mais bien d’interdire son imposition à des mineurs trop jeunes pour donner leur consentement éclairé. Ce n’est pas du tout la même chose! Et comme je l’ai dit dans mon dernier paragraphe, ce qui pose problème à ceux qui sont partisans de la circoncision si jeunes, c’est qu’avec une telle mesure, ils seraient obligés de négocier avec leurs enfants l’accomplissement d’un tel rite. Ils ne pourraient plus le leur imposer purement et simplement. C’est pour cela aussi que je me demande si, en réalité, derrière cette invocation du “droit fondamental”, ce n’est pas plutôt la défense d’une prérogative parentale que certaine essaient de préserver à tout prix.

      Et là, on peut partir sur un débat plus large concernant les restrictions sur les méthodes d’éducation des enfants imposées par la Convention relative aux droits de l’enfant. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ce texte a été tellement amendé par les pays signataires et que nombre de pays, y compris les USA, ne l’ont jamais ratifié. Ainsi, récemment, en Suisse, certaines associations ont lancé le débat sur l’interdiction du perçage des oreilles des nourrissons, aussi au noms de la garantie de l’intégrité physique de celui-ci, une pratique apparemment courante dans certains pays africains et des Caraïbes. Les réactions n’ont pas tardé, nombre de parents estimant qu’il y avait là une tentative indûe de certains citoyens d’imposer leurs valeurs sur d’autres, en se servant de l’Etat.

      Like

      • otinot says:

        Your analysis covers all bases and does it very well indeed!

        However, I would just like to alert you to the fact that the magical HIV preventative properties alleged to be attributed to MGM (Male Genital Mutilation*) are much more dubious than you might be aware of. The “studies” on which these “findings” are based are plagued with procedural flaws. Not least of which is the disturbing reality that many of the authors of these “studies” are active promoters of MGM. We have seen that happen before, in fact you touch on it in your analysis; plenty of historical precedent where MGM advocates wrap themselves in faux-medical legitimacy to promote MGM as a cure for all manner of “maladies”. This has resulted in millions of myth based unjustifiable circumcisions over more than a century leading to the highest rate of MGM in the industrialized world to be found in the United States . Which, ironically, has the highest rate of HIV infection of all industrialized nations.

        http://www.doctorsopposingcircumcision.org/info/HIVStatement.html

        http://www.circumstitions.com/HIV.html

        *I suggest the use of the term Male Genital Mutilation for 2 reasons:
        1. To put an end to the historically clearly discredited practice of hiding behind medicalized terminology to legitimize an abhorrent and unethical practice perpetrated on defenseless infants and children who are allowed no say in the matter.

        2. To put an end to using different words to create an illusion that this is ethically different (justifiable) from Female Genital Mutilation (universal condemned in the West as unjustifiable). Yes, physically, psychologically and socially the worst types of FGM are clearly much more destructive and damaging than MGM and our efforts combating FGM must receive priority! However, we must struggle against letting this become a point of contention between men and women as it, sadly, often deteriorates into thereby providing an opportunity for MGM advocates to divide and conquer (diviser pour mieux régner).

        Like

Comments are closed.