Simplement correct #2-2 | La puissance des faibles militants anti-OGM

Farmer_Guy_transIl paraît qu’aujourd’hui a été décrétée “Journée mondiale de mobilisation contre Monsanto“! Encore une “Journée mondiale” de plus! Entre fêtes religieuses ou syndicales, commémorations en tous genres et dates militantes dans tous les domaines possibles et imaginables, le calendrier sera bientôt tellement encombré qu’on aura l’impression de se retrouver constamment dans un embouteillage intellectuel et mémoriel! Et c’est évidemment Corinne Lepage, l’une des figures de proue européennes du combat contre Monsanto, l’épouvantail préféré des anti-OGM, qui inaugure cette journée par une tribune dans le HuffPost. Le militantisme prenant le pas sur la recherche des faits et de la précision, ses propos sont bourrés d’allégations infondées et de contradictions intrinsèques, la plus grosse étant de présenter la multinationale comme un lobby surpuissant qui en serait arrivé à leur [les Etats] impose[r] la loi….

…A tel point que les OGM sont pratiquement complètement absents de l’agriculture du vieux continent et ne se retrouvent que dans certains aliments pour animaux ou composants d’aliments pré-préparés! Mais cela ne suffit pas à rassurer les lobbies anti-OGM. Il leur faut donc faire le maximum pour tout verrouiller, en contournant autant que possible des arguments scientifiques qui sont malgré tout de plus en plus difficilement manipulables.

Et elle ne croit pas si bien dire quand elle déclare:

Le poids des lobbys à l’échelle de la planète, et bien évidemment à l’échelle européenne et nationale, est devenu un chancre démocratique. La plupart des décisions ne sont plus prises aujourd’hui dans l’intérêt général, mais sous la pression de lobbys qui ont acquis le pouvoir non seulement d’influencer les décideurs mais encore de se substituer en réalité à eux.

C’est notamment le cas du lobby anti-OGM dont la puissance se manifeste particulièrement dans la capacité de ces ONG  à court-circuiter les processus démocratiques, comme on l’a vu avec la tentative politico-médiatique, pour l’instant couronnée de succès, de l’équipe d’Eric Seralini, en septembre 2012. Ou encore, quand ils arrivent à intégrer des agences européennes (tout en accusant Monsanto et les autres industriels d’en faire de même). Ou alors, grâce à leur entrisme dans les institutions publiques, comme l’illustre parfaitement le projet de “Science citoyenne”, qui ne peut que rappeler ironiquement la “science prolétarienne” de Lyssenko et par laquelle ils pourraient alors vouloir obliger la science à servir les intérêts particuliers d’associations qui représentent surtout elles-mêmes.

Comme on va le voir ici, les rapports de force entre Etats (citoyens) et Monsanto sont loin d’être autant à l’avantage de la multinationale que ne le prétend Mme Lepage. Elles le sont si peu que l’avocate en est même réduite à grossir le trait de manière caricaturale, en répétant un peu bêtement des rumeurs totalement infondées.

Continue reading

Advertisement