Link

Au fil de mes lectures #7 | Interview de Caroline Fourest en marge du Festival International du film des Droits de l’Homme

CaroSmilingBlackCatline Fourest, âme militante :: 360° :: le magazine lgbt de Suisse romande.

Un entretien qui a apparemment beaucoup énervé Didier Lestrade, un des détracteurs de la journaliste (cf. son commentaire, au bas de l’article), mais qui permet à Caroline Fourest de mettre des points sur certains “i”! Par exemple, si vous voulez vraiment la connaître, il faut effectivement lire ses livres. Comme elle le dit elle-même, c’est dans l’écriture d’essais et de compte-rendus d’enquêtes qu’elle se sent:

[…] la plus libre. Là où j’ai le plus de place. Là où je maîtrise entièrement mon propos, mon travail et où j’ai du temps. Mais c’est grâce à ce temps que je peux prendre pour écrire des essais, creuser des questions, gagner en connaissance et m’éclaircir les idées que je peux ensuite avoir la patience de le dire plus brièvement dans d’autres espaces pour toucher des gens qui ne lisent pas de livres.

Advertisement
Image

Sur un fil de la toile # 1-4a | Les traces de main du lecteur à l’oeuvre

LeLecteurALoeuvre_CouvertureMa mère vient de se procurer le livre de la prochaine exposition à la Fondation Martin Bodmer, intitulée Le lecteur à l’oeuvre et il faut dire qu’il est lui aussi très spécial! En effet, parmi ceux qui entretiennent une relation presque charnelle à l’objet livre, qui n’a pas rêvé de laisser ses traces de mains sur la couverture? Les éditeurs du livre de l’exposition vous proposent de le faire littéralement, grâce à une substance spéciale qui réagit à la chaleur de la main (ou de tout autre objet d’ailleurs….la forme de mon téléphone portable est aussi apparue lorsque je l’ai posé dessus):

Couverture_LivreExpo_Bodmer2

On dirait presque une œuvre d’art, non?

Le propos principal de l’exposition concerne la réception de l’œuvre littéraire par le lecteur, mais ici, la technique utilisée permet aussi d’illustrer joliment la manière dont les lecteurs s’approprient également le livre en tant qu’objet, avec lequel ils ont un lien physique. Et contrairement à l’effet des traces de doigts sur une tablette numérique qui obstruent la lisibilité de l’affichage, celles-ci révèlent quelque-chose de caché!Three

Commentaire à chaud #6 | Que faire des musulmans une fois le Coran interdit ? (Quelle drôle d’idée!)

twitter_5 (3)Je viens de tomber par hasard sur cet article de Christine Tasin, une des fondatrices de Riposte Laïque, qui n’a de laïc que l’adjectif, et je dois dire que j’en suis restée pantoise! Et oui, l’auteur du délire en question est quand même agrégée de Lettres! Alors, c’est certes assez joliment dit, mais des âneries, même bien tournées, restent malgré tout des âneries. Qu’elles soient accompagnées d’une belle photo de l’auteur toute pimpante n’y change rien non plus! Et il faut dire qu’il y en a une telle concentration dans cet article, que je n’ai pu m’empêcher d’y réagir!

Dumque, décidée à relever le défi que lui aurait proposé le site Boulevard Voltaire (qui porte bien mal son nom, il faut le dire), c’est-à-dire de décrire en quelques lignes ce qu’elle ferait des musulmans si d’aventure le coran était interdit en France (elle peut toujours rêver), l’une des principales pourfendeuses de l’islam en France tombe le masque et révèle à quel point les membres des nouvelles nébuleuses nationalistes-identitaires peuvent déraper de manière totalement incontrôlée! En effet, bien qu’elle ne le dise pas directement, elle propose ni plus, ni moins, que de piétiner la constitution française et certains des principes fondateurs de la République, pour la transformer en dictature de souche! Et ceux qui ne seraient pas contents, eh bien, ils n’ont qu’à quitter la France! Avec une telle fibre démocratique, c’est sûr que les moutons judéo-chrétiens seront bien gardés et que l’on peut compter sur des bergers comme elle pour sauvegarder la civilisation occidentale actuelle! Enfin, je ne suis pas sûre qu’ils en aient la même définition! A les écouter, on a plutôt l’impression qu’ils veulent ressusciter une civilisation judéo-chrétienne complètement fantasmée à coup de grosses ré-écritures de l’histoire!

Continue reading

Link

Sur un fil de la toile #10-5 | Qui faut-il croire ?

See on Scoop.itEpistemology | Epistémologie 2.1.

Suzy Collin-Zahn, astronome, voit un certain nombre de points communs entre les polémiques générées par des ouvrages d’histoire révisionniste peu sérieux et des publications pseudo-scientifiques dans des domaines comme le sien. D’une certaine manière, ce n’est pas si étonnant, dans la mesure où les postures intellectuelles dénoncées ici sont effectivement les mêmes, qui consistent à poser comme un outsider ou, du moins, un rebelle, vis-à-vis d’un aréopage de mandarins jaloux de leurs prérogatives, et ayant totalement dévoyé la “science”, dans son sens étymologique latin premier, soit le savoir.

Néanmoins, il n’est pas inutile que les acteurs des sciences dites “dures” et des sciences “sociales” et “humaines” unissent leurs efforts pour dénoncer le charlatanisme, plus ou moins volontaire, qui usurpe les outils et les jargon des savoirs universitaires pour faire passer des idées fantaisistes, voir dangereuses, dans le grand public.

See on www.pseudo-sciences.org