Link

Sur un fil de la toile #10-2 | La “science citoyenne” illustrée. Qu’on se le dise au CNRS…

See on Scoop.itEpistemology | Epistémologie 2.1.

“J’ai publié ici il y a un peu un communiqué de l’AFIS qui dénonçait un projet de “sciences citoyennes” au sein du CNRS :

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2081

Certains ont trouvé ce communiqué trop abrupt ou exagéré, notamment lorsqu’il parle d’une “version post-moderne” de la fameuse “science prolétarienne” de l’époque de Lyssenko.
Le communiqué s’efforce de montrer qu’en réalité il n’est pas tant question de faire partager le goût de la science et la pratique de celle-ci par le plus grand nombre, mais que sous ce vocable de “sciences citoyennes”, qui aime se parer frauduleusement de ces atours participatifs et “démocratiques”, il y a en fait un projet politique bien précis adossé sur des théories épistémologiques bien particulières.”

ArianeBeldi‘s insight:

Yann Kindo illustre plus précisémment ici pourquoi le communiqué de presse de l’AFIS au sujet de l’introduction d’une “science citoyenne” au CNRS n’a rien d’exagéré. En effet, il suffit de lire les documents publiés sur le site des initiatieurs de ce projet pour se rendre compte que ce qui est poursuivi comme but n’a rien à voir avec de la science, mais avec de la propagande politique et une tentative d’obliger des scientifiques à légitimer des idées et des considérations politiques qui ne sont en rien scientifique. En d’autres termes, il s’agit de faire passer de la pseudo-science pour une science démocratisée et éthique, sous-entendu, la science actuelle serait fermée aux citoyens et se ficherait royalement des conséquences de sa progression sur la société. Sans compter qu’il ne s’agit pas de n’importe quels citoyens lambda, mais d’associations poursuivant des objectifs politiques particuliers, qui ne sont pas forcément partagés par l’ensemble des citoyens du pays. En d’autres termes, ce serait un hold-up sur la science nationale par une minorité. En politique, on appelle cela du lobbying.

See on blogs.mediapart.fr