Quote

Au fil de mes lectures #3 | Inna Schevchenko: “Blasphème à Notre Dame” par Femen

Newspaper_folded_transExcellente tribune d’Inna Schevchenko à propos de l’action des FEMEN à Notre-Dame, lundi dernier. Je pense que le paragraphe suivant touche particulièrement juste:

Troisièmement, l’exposition publique des organes sexuels et l’insulte au sentiment religieux des croyants et au caractère sacré des lieux. Monseigneur Jacquin, dont le corps est tourmenté par le célibat forcé, n’est simplement pas à même de distinguer la poitrine d’une femme de ses organes génitaux. Ce qui met à jour l’incroyable incompétence d’un employé travaillant pour une organisation qui se retrouve régulièrement empêtrée dans de nombreux scandales sexuels et pédophiles.

En effet, outre que l’on sait aujourd’hui que le clergé catholique est loin de représenter un modèle moral en matière de sexualité, il se trouve que la réaction du Recteur de Notre-Dame jette aussi une lumière crûe sur nombre d’impensés au sein de l’Eglise concernant la conception de la femme et de sa sexualité. Confondre l’exposition de sa nudité avec de l’exhibition sexuelle révèle une vision complètement rétrograde de l’anthropologie humaine et notamment féminine!

Par contre, je ne peux suivre les FEMEN dans leur opposition en bloc au religieux. A mon sens, l’idée que les religions seraient entièrement négatives et n’apporteraient rien de bon au monde est franchement simpliste, pour ne pas dire fausse. Ce n’est pas parce que les superstitions ont été instrumentalisées pour manipuler les gens, y compris souvent les gouvernants, et que les institutions religieuses ont fréquemment été partie prenantes dans nombre de conflits sanglants ainsi que dans la mise en place de système que l’on peut considérer aujourd’hui comme foncièrement inégalitaires et injustes, que l’on peut simplement en déduire qu’il faut s’en débarrasser. Parce qu’un tel raisonnement peut alors s’appliquer à tous les domaines du collectifs: la politique, l’art, la science, etc. A mon sens, rien n’est jamais entièrement mauvais ou bon et le seul moyen d’éviter de tomber dans le “côté obscur” de la Force reste encore le développement et l’usage de l’esprit critique. Et par esprit critique, j’entends naturellement une prise de distance intellectuelle afin de pouvoir mieux considérer la chose sous ses diverses facettes, pas un rejet d’office simplement parce que la source déplaît.

4 thoughts on “Au fil de mes lectures #3 | Inna Schevchenko: “Blasphème à Notre Dame” par Femen

  1. ton raisonnement me semble un peu bizarre Arianne. les religieux ont certes inspirés de grandes choses, je veux bien le reconnaitre, mais des tyrans aussi soit dit en passant. de plus, cette inspiration a été possible seulement parce qu’une couche de la population a eu la possibilité de se désengager de l’appareil productif pour se consacrer à d’autres choses. je ne combats pas la religion parce qu’elle me déplait, je la combats parce qu’elle met des oeillères à l’esprit critique que nous apprécions tant tous les deux.

    Like

    • Mon raisonnement n’est pas bizarre du tout. Je refuse simplement de rejeter en bloc les phénomènes religieux simplement parce qu’ils ont mené à des débordements sanglants ou parce qu’ils ont permis d’en justifier. Parce qu’à ce moment-là, on pourrait en faire autant pour le politique. Après tout, on peut dire que les vraies démocraties ne constituent qu’une exception géographique et temporelle, face à la montagne de tyrannie engendrée par la plupart des systèmes politiques mis en place au cours de l’histoire humaine. Du coup, je pourrais aussi alors proposer de rejeter le politique en bloc, en ignorant royalement tout ce qu’il a amené à l’histoire humaine. On pourrait en dire de même de la philosophie, qui connaît certains aspects particulièrement sombres ayant largement inspiré et servi à justifier des horreurs. Sans compter que, d’un point de vue féministe, la philosophie a longtemps joué un rôle prépondérant dans la préservation du patriarcat.

      Ensuite, tu sembles réduire la religion à d’une part “une montagne” d'”aspects négatifs” (sans vraiment préciser lesquels) et d’autre part à quelques valeurs morales et règles de bonne manière. A mon sens, c’est une vision largement réductrice qui n’a pas grand-chose à voir avec une prise de distance critique. Personnellement, si je ne suis pas religieuse ni vraiment très croyante, ce n’est parce qu’on m’aurait dit que la religion n’est qu’un ramassis de billevesées superstitieuses indignes d’une personne se voulant rationnelle, mais parce que j’ai longuement réfléchi à ces questions et que j’en suis venue à la conclusion que je n’avais aucune raison d’adhérer à l’idée de l’existence d’entités surnaturelles se préoccupant de la destinée humaine. En d’autres termes, la rationalité ne suppose pas le rejet d’office d’un corpus de connaissances ou de croyances sur la simple base de son origine.

      De fait, je m’oppose effectivement à l’idée des FEMEN qui voudrait que le religieux ne constitue, au fond, qu’un trait humain primitif et barbare dont il faudrait entièrement se débarrasser sans même y réfléchir.

      Like

  2. et que nous apporte la religion si on néglige la montagne que représente les aspects “négatifs”? une morale? des règles de bonne conduite? on n’a pas besoin de religions pour cela. l’esprit critique suffit😉

    Like

    • Ah bah, de grands théologiens avec des réflexions approfondies sur le monde et le sens de la vie, divers arts (sculptures, peintures, musique, etc.) et architectures, de grands poètes (je pense notamment à Dante Alighieri et sa splendide “Divine Comédie”), etc. Pour moi, l’esprit critique ne consiste pas à balayer d’office un phénomène ou un fait qui me déplaît, mais à prendre de la distance par rapport à celui-ci. Si on le fait par rapport à ce qu’on appelle le “phénomène religieux”, on ne peut pas vraiment honnêtement dire qu’il est entièrement négatif. Ce qui ne signifie pas non plus décider de ne plus en tenir compte, loin de moi cette idée! Par ailleurs, les règles de bonne conduite ne sont souvent pas le fait du religieux, tandis que la morale se développe aussi bien dans le cadre religieux que non-religieux.😀

      Like

Comments are closed.