Aside

New publication | Mobile Media & Communication

Cover of first issue of MMCA new academic publication is born! Entitled Mobile Media and Communication, it is a peer-reviewed interdisciplinary journal, opened to a wide range of approaches and topics concerned with the use and impact of new media and communication technologies. The first issue is accessible to everyone for free.  From the introductory editorial, one understands that this journal has been founded in an effort to regroup researches that are being led under various disciplinary banners and theoretical approaches and scattered across many different academic publications. And the index of this first issue does indeed cover a lot of different topics. However, improving our understandings of what is “new” and “mobile” in “new” and “mobile” media constitutes the main thread stringing them together.  Thus, we can expect more articles about researches into what “mobility” and “novelty” means within the present context of technological evolution and development of associated cultural practices.

Advertisements

Au fil de mes lectures #1 | La grande illusion du bio

Enluminure_Paysan_MoyenAge

Mois de juillet : les moissons
Calendrier-martyrologue de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, XIIIe siècle
Paris, BnF, département des Manuscrits, Latin 12834, fol. 59v.

Je viens de recevoir le numéro de janvier 2013 de Books et je ne peux m’empêcher de partager ici un résumé d’une réflexion large sur La grande illusion du bio, traduite d’un article de Robert Paarlberg, initialement publié dans Foreign Policy, en mai-juin 2010. Si cet article me plaît, je reconnais volontiers que c’est en partie parce qu’il résonne avec mes propres opinions sur les discours écologiques actuels et prédominants en Europe, qui tendent à opposer de manière simpliste une vision idéaliste de la nature et une conception apocalyptique de l’industrie.  Mon opinion se base non seulement sur un ensemble d’informations recueillies sur ces questions depuis maintenant quelques années, mais elle a été aussi façonnée par mes études en biologie et en anthropologie. Mon principal point de divergence avec les mouvements écologiques qui prônent le tout “local” et “bio” est avant tout de nature idéologique, dans la mesure où je ne partage pas du tout leur approche, que je trouve beaucoup trop binaire, de la relation de l’homme à son environnement. A mon sens, ils courent après un âge d’or écologique associé avec une agriculture dite “traditionnelle” et du terroir qui n’a jamais vraiment existé. Cet article a aussi provoqué la réaction de deux lecteurs, Anna Lappé (auteur d’un ouvrage intitutlé: Diet for a Hot Planet, et Jeffrey Locke, juriste auprès de Population Action International) au mensuel. Il les  a publiées, ainsi qu’une réponse de Paarlberg à ces lecteurs, sur une page accessible à tous, même aux non-abonnés. Ceci dit, voici synthétisés en quelques points ce que Robert Paarlberg considère comme les illusions de l’agriculture bio: Continue reading

Sur un fil de la toile #6-4 | Politiquement hyper-incorrect ou la confusion entre dénigrement et anticonformisme

Woman_with_boxing_gloves_transCes derniers mois, je n’ai pu m’empêcher d’épingler quelques articles des Observateurs.ch, un site qui se présente comme un nouveau média romand et prétend apporter un politiquement incorrect qui ferait défaut au paysage journalistique de la région. J’en ai même fait le prétexte à l’inauguration de ma nouvelle rubrique simplement correct, que je conçois comme une réaction à une tendance de plus en plus appuyée dans l’espace public à faire passer des idées réellement incorrectes, mais dans le sens premier du mot, soit inexactes, fausses, voir malhonnêtes, pour de l’anticonformisme. Comme si la révolte contre une norme dominante impliquait forcément de manipuler les faits et de laisser derrière soi toute rigueur intellectuelle. Cependant, j’ai été tellement occupée par ma thèse (que j’ai terminé de rédiger, yeah!), que je n’ai pas eu le temps de réagir aux incorrections qui se sont littéralement multipliées sur ce site, le tirant de plus en plus bas sous le niveau zéro de l’argumentation au point d’en arriver au niveau des insultes. Eh oui, apparemment, maintenant, le dernier nec plus ultra de l’anticonformisme consisterait à insulter ses adversaires idéologiques, voir politiques, en les traitant de tous les noms d’oiseau. De toutes évidences, ce n’est pas seulement l'”esprit de recherche”, pourtant initialement revendiqué par le créateur de ce blog collectif d’opinion, qui fait trop bien-pensance pour ces “journalistes” auto-proclamés, mais aussi simplement la réflexion tout court! Pourquoi se prendre la tête à développer un raisonnement basé sur une recherche des faits quand on peut simplement invectiver les gens de manière injurieuse?  C’est ainsi qu’une tirade  empreinte d’une grossièreté machiste des plus grasses et consternantes contre le mouvement féministe radical ukrainien FEMEN  a récemment retenu mon attention. Il faut dire qu’agiter un tel torchon sous le nez de n’importe quelle féministe, même très, très modérée, équivaut à donner une grande tape sur un bras récemment cassé! Continue reading