As of March 29, 2012 | Actualtiés au 29 mars 2012

It’s been a while since I have updated my status on this blog. But I haven’t been resting idly, far from it. On the contrary! After about 10 days of vacations in August, I have once again folded my sleeves to dive into my Ph.D research, more specifically in the writing of the next chapters. However, realizing that I was still lacking information on an important aspect of my work, I had to go back to reading. Thus, in September and October, I read close to 2000 pages, while I started writing chapter 2. It turns out that I ended not using a lot of the information I read about, but it gave me a good background understanding of the Japanese audiovisuel entertainment industry, which was needed in order for me to give a coherent account of the anime and manga sectors, which made up my chapter 3. Then, in December and January, I moved to writing chapter 4 and 5, about my fieldwork and the analysis of the collected data. This was a very tedious and dense work, and after I was done with it, I wasn’t sure what to think of it and felt unsatisfied. However, my professor countered my own negative judgment saying that my work was actually quite good, even if it needed modifications here and there, and a serious re-work in my last chapter. He keeps reminding me that perfection is just an utopia and that there is moment when one needs to just put an end. From what I understand, many Ph.D. candidates suffer from this tendency to demand of themselves an unreachable perfection, which keeps them going on and on. It is one of the duty of the supervisor to remind them not to get carried away in this cycle.  Now, I need to update my dissertation blog with the new development in my research since last time I described it, in June 2011. However, I’m also busy correcting my chapters and dealing with the difficulties of the presentation of my result. I think that I was so saturated that I had trouble offering a clear layout for them.

In the meantime, I was happy to learn that a book review I had sent last year to the quarterly Communication, published by Laval University’s Media and Communication Department in Canada, had been accepted pretty much as I had sent it and would appear in the March 2012 issue.

Besides, I’m looking for a new job, as I’m coming near the end of my dissertation and it is time for me to return on the job market.  Of course, the best would be to get one for a company or a company’s department specialized in user experience and research in people’s use of technologies, but I have to remain opened to other opportunities, such as various types of position in relation to writing and edition (which I really enjoy too and have some experience) or in the field of Web communication. I’m also naturally interested in continuing doing research in social sciences on various issues related to media representations most particularly of grass-roots civic movements and activists, as I did in my previous master thesis.  In this view, I’ve been reworking my CV, as it needed a serious revamp!

****

Cela fait quelques bons mois que je n’ai plus mis à jour mon status sur ce blog. Cela ne signifie pas que je me sois tourné les pouces! Au contraire. C’est justement parce que j’ai été tellement occupée que je n’ai pas réussi à m’occuper de ce site comme je l’aurais voulu. Après une dizaine de jours de vacances en août dernier (les premières en 8 mois), j’ai retroussé mes manches pour me re-plonger à nouveau dans ma thèse et plus particulièrement la dernière phase: la rédaction. J’avais déjà rendu le chapitre théorique avant mes “vacances” et j’avais reçu le feu vert de la part de mon professeur pour continuer, si possible dans l’ordre des chapitres cette fois-ci.  Mais réalisant que je manquais d’un certain nombre d’informations pour la partie contextuelle de ma thèse, il m’a fallu reprendre de la lecture, tout en commençant mon deuxième chapitre. C’est ainsi que j’ai lu près de 2000 pages entre septembre et novembre. Même si je n’ai pas utilisé toutes les informations recueillies durant ces deux mois, ces ouvrages et articles, celles-ci m’ont été très utiles pour présenter une image cohérente de l’évolution récente des pratiques dans le divertissement audiovisuel et  de l’industrie culturelle japonaise, et tout particulièrement des secteurs du manga et des animes.  La raison pour laquelle je n’ai pris connaissance de ces ouvrages que si tardivement, c’est d’une part parce que mon sujet a beaucoup évolué depuis son démarrage, et d’autre part parce que certains articles et études n’étaient pas accessibles à ma bourse au moment de leur publication, mais ont été mis plus tard gratuitement à disposition sur certains sites institutionnels français et européens. Ensuite, de décembre à février, j’ai fini de rédiger mes chapitres 3, 4 et 5, les deux derniers se révélant particulièrement laborieux à mettre en forme, du fait des difficultés rencontrés lors de la récolte des données et de leur analyse. Après des semaines cloués devant mon ordinateur, j’ai enfin pu rendre un brouillon presque complet de ma thèse. Malgré mon impression d’insatisfaction, mon professeur m’a assurée que mon travail était de qualité et que j’étais sur la bonne voie. Il n’y a finalement que peu de modifications à faire, sauf dans le dernier chapitre qu’il trouve trop long et dont il voudrait que je change la présentation. Maintenant, il me faut encore mettre à jour mon blog de thèse afin de rendre compte de l’évolution de ce projet et de son point de chute.

Enfin, pour renforcer encore ma motivation, j’ai reçu, en janvier 2012, la confirmation que ma recension du livre de Bertrand Bergier, Pas très cathodique. Enquête au pays des « sans-télé », serait publiée telle quelle dans l’édition de mars 2012. Je le fais dans ma recension, mais je répéter ici que je recommande vivement la lecture de cet ouvrage, accessible aussi bien à des universitaires qu’au grand public.

A part cela, je me suis remise en chasse d’un job, dans la mesure où arrivant progressivement au bout de ma thèse, il est temps pour moi de ré-investir le marché du travail, avec mes expériences variées de jeunes chercheuses. Naturellement, le poste idéal serait celui de chercheuse dans une entreprise ou un département travaillant sur les usages des technologies et les pratiques émergeantes qui y président. Mais, je reste ouverte à bien d’autres opportunités comme tout ce qui a trait à la rédaction et à l’édition de contenu, notamment pour le Web. Je ne dirais pas non, évidemment, à des propositions de recherches en sciences sociales sur des questions telles que les représentations médiatiques de mouvements civils ou encore de thèmes controversés, comme j’en ai déjà traitées dans mes travaux de mémoire précédents. C’est pour cela que je me suis attachée à refaire mon CV, puisqu’il avait besoin d’un bon nettoyage!