SVH : un Site dont Vous êtes le Héros !

Par le plus grand des hasards (appelé Flagelleurmental), je viens de tomber sur une nouvelle incarnation d’un phénomène littéraire et ludique qui a bercé une bonne partie de ma jeunesse, je veux parler des “Livres dont vous êtes les héros”, aussi connu comme le livre-jeu. Issus des jeux de donjons et dragons, alors encore des jeux de société que l’on jouait  en face-à-face, autour d’une table, ces livres non-linéaires nous ouvraient les portes d’imaginaires interactifs. Le principe en est à la base assez simple. Comme le disait l’introduction à ces livres, il suffisait de s’armer d’un crayon, d’une feuille de jeu et de dés, et Abracadabra, vous vous retrouviez dans la peau d’un preux chevalier, sorcier, aventurier, etc.!  Mon dieu, que de souvenirs (gros soupirs!)! Or, voilà que j’apprends que des amateurs de ces aventures ont décidé de mettre à profit le fonctionnement en hypertexte du Web pour transformer ces jeux de papier en jeux en ligne. Ainsi en est-il pour le site SVH.

Bien sûr, me demanderez-vous, pourquoi continuez avec ce principe, apparemment dépassé, de la narration textuelle, quand des univers comme World of Warcraft ou des jeux vidéos en tous genres, vous donnent non seulement la possibilité d’incarner un héros, mais en plus de le voir interagir avec l’univers dans lequel il est plongé et d’y contrôler non seulement ses choix, mais aussi ses mouvements? Pourquoi devoir laisser les dés décider, alors que vous pouvez combattre directement les créatures qui vous barrent le chemin? Bref, pourquoi vouloir en rester à un modèle où l’interaction avec l’univers fictionnel est finalement tellement restreinte? Eh bien, je répondrais qu’outre le plaisir pour les trentenaires comme moi de retrouver un jeu qui nous a tellement marqué dans notre jeunesse, il y a le fait que n’importe qui peut y jouer. Je veux dire par là que l’usage d’un crayon et de dés ne nécessitent pas de compétences particulières. Par contre, maîtriser un clavier et les manettes de jeux vidéo, acquérir la coordination nécessaire entre les mouvements du personnages et la manipulation des commandes et la capacité à voir les mouvements dans des interfaces où les images défilent rapidement nécessitent un entraînement relativement conséquent. Pour quelqu’un comme moi, qui a totalement raté le tournant Nintendo (les consoles étaient bannies de la maison, mes parents ayant un peu trop écouté les “spécialistes de l’enfance” qui étaient viscéralement contre ces jeux, de même qu’ils étaient contre la télévision, les dessins animés, la bande dessinée, bref tout ce qui faisait la culture de masse audiovisuelle honnie), cela veut dire que j’ai beaucoup de mal à m’orienter dans ce genre d’univers virtuel et à maîtriser leurs arcanes. Dans l’autre sens, à mon avis, un fan de jeux vidéo ou d’ ORPG ou de MMORPG n’aura aucun mal à entrer dans ce genre de jeux textuels, du moins du point de vue des compétences. En ce qui concerne le mode narratif et l’intérêt pour des jeux qui n’exigent justement aucune prouesse manuelle, évidemment, ça pourrait coincer, dans la mesure où ces personnes tirent certainement leur plaisir de leur capacité à maîtriser les moindres mouvements de leurs personnages et à influer sur l’environnement électronique dans lequel ils sont plongés (notamment la découverte des failles du jeux et des astuces qui en découlent).

On peut aussi se demander pourquoi ce genre d’initiative ne s’est pas réalisée plus tôt. Après tout, s’il y a une forme littéraire hypertextuelle, qui annonce véritablement la logique de l’organisation des contenus sous forme d’arbre à branches multiples qui caractérise Internet et le Web, c’est bien ces livres-jeu. En effet, bien qu’ils aient l’apparence physique de livres normaux, linéaires, le texte est lui mis en page totalement différemment, puisqu’il est subdivisé en parties numérotées, se renvoyant mutuellement les unes aux autres, offrant ainsi une multiplicité d’aventures. Comme pratiquement chaque étape s’ouvre sur au minimum deux voies à suivre, il est donc possible de recommencer ces jeux à plusieurs reprises pour arriver au bout de l’aventure selon divers cheminements. L’usage des dés introduit d’ailleurs un hasard qui n’existe pas dans les jeux vidéos ou électroniques. Contrairement à ces derniers qui n’ont eu de cesse de prétendre offrir toujours plus de contrôles aux joueurs (je dis prétendre, car en réalité, le joueur est aussi contraint par les limites du jeux), les livres dont vous êtes le héros vous soumettent donc à une bonne dose de hasard et d’éléments incontrôlables. Or, le hasard, s’incarne aussi dans la logique du Web, mais pas un hasard physique, comme pour les dés, soumis aux lois de la mécanique et de la cinématique, mais un hasard institutionnel. En effet, lorsque l’on clique sur un lien, même si celui-ci est textuel et vous donne une indication de ce que vous allez trouver (ou êtes supposés trouver) sur la page d’arrivée, vous ne savez jamais exactement à quoi vous attendre. La surprise est donc toujours potentiellement au détour d’un clique de souris.

Je me réjouis d’expérimenter la version online des livres dont vous êtes le héros. Si j’en ai le temps, j’essaierai de donner mes premières impressions!

A part cela, pour plus d’information, le site Xhoromag recense les maisons d’éditions qui se sont remises à publier ces livres-jeu et les magasins en ligne qui en vendent, et le forum “Rendez-vous au 1“, qui permet aux passionnés de se rencontrer et de discuter de ces univers fantastiques.

3 thoughts on “SVH : un Site dont Vous êtes le Héros !

    • Ariane Beldi says:

      Merci d’être passé par ici! En fait, c’est en passant par ton blog que je suis tombée sur SVH. J’aurais dû faire un lien vers ton article, mais sur le moment, j’ai été vraiment prise par une vague de nostalgie et j’ai oublié de faire un renvoi de lien! Désolée pour cet oubli! Je répare et je re-publie!

      Like

      • Qual says:

        Merci.

        Tu connais le phénomène babel street? C’est aussi apparenté aux ldvelh, mais sur internet cette fois. (sur flagelleurmental également).
        😉

        Like

Comments are closed.