Elections fédérales en Coefederatio Helvetica

Ce n’est pas tellement dans le sujet de ce blog, mais j’ai quand même envie de partager mon “smartspider”, c’est-à-dire la configuration générale de mes opinions politiques en fonction de 8 axes que le site SmartVote a défini comme constitutifs de la vie politique suisse. En effet, aujourd’hui les urnes cantonales vont nous révéler la nouvelle composition du parlement suisse pour la prochaine législature 2007-2011, après 2 ou 3 mois d’une campagne particulièrement virulente. Comme il y a 4 ans, c’est l’UDC/SVP qui a démarré la bagarre, en essayant de mettre K.O. tous ses adversaires avant même qu’ils ne se soient présentés sur le champ de bataille. C’est sa manière d’occuper le terrain.

Mon choix de vote a été assez difficile. Même si je me tiens régulièrement au courant de la politique suisse, par curiosité, j’ai quand même rempli le questionnaire que propose SmartVote pour évaluer la correspondance entre votre position politique et celle des candidats. Je dois avouer que j’ai été absolument interloquée de me voir recommander de voter pour le PS, voir même le POP ou Solidarité-A Gauche Toute! Je me suis même demandée si les candidats de gauche n’avaient pas triché lors de leurs réponses au même questionnaire pour donner l’impression de se positionner plus à droite qu’il ne le sont en réalité. Ensuite, en regardant de plus près le détail des pourcentage de correspondance, je me suis rendue que le meilleur résultat était de 70%. Cela veut dire, en clair, que sur l’ensemble des candidats vaudois (plus de 200), aucun ne me représente réellement. C’est plutôt embêtant. Heureusement, en tant que socio-anthropologue, je sais que le contexte joue un rôle important dans la manière dont les gens répondent à des questionnaires et il me semble donc que SmartVote ne soit pas l’outil le plus fiable pour choisir ses candidats.

Voici mon smartspider.

SmartSpider

A première vue, on pourrait penser que je suis plutôt de gauche. Pourtant, j’ai plutôt tendance à voter à droite. En fait, je suppose qu’il y a du Scandinave. Je pense à gauche pour les sujets de société et à droite pour les questions économiques. Quoique…sur le thème de l’ouverture aux étrangers, je pense que je me situe au-delà de ce clivage, car il semblerait que la Suisse soit en train de faire mentir ses beaux mythes d’ouverture sur le monde. Bien sûr, l’extrême-droite et une certaine droite petite-bourgeoise se sont toujours méfiées de tout ce qui vient de l’extérieur ou même sort un peu de ce que leur esprit étriqué peut concevoir. Mais, ces dernières années, la gauche et l’extrême-gauche, en perte de vitesse, et manquant toujours autant d’imagination, ont décidé d’aller manger dans la main de certains électeurs de ces partis du petit confort bien-chez-soi (du genre y-en-a-point-comme-nous) et donc d’adopter une ligne soi-disant plus “réaliste”, donc plus dure, à l’égard des “étrangers”, d’où qu’ils viennent. Surtout à l’égard des migrants économiques, accusés d’être exploités par les méchants patrons et donc indirectement de leur permettre de faire du dumping salarial. Même s’ils se défendent d’être contre ces travailleurs, ces mouvement de gauche sous-entendent que si ceux-ci n’étaient pas là, il n’y aurait pas de concurrence avec les “nationaux”.

En ce qui me concerne, je suis pour l’ouverture des frontières dans les deux sens, l’acceptation de toute personne arrivant à se faire son trou en Suisse de manière légale et respectueuse des principes qui sous-tendent le fonctionnement de notre système démocratique. Liberté d’agir, d’entreprendre, de pensée, de mouvements au-delà des limites nationales et artificielles. En cela, je pense être libérale dans le sens littéral du terme.